Texte

Texte


Les derniers articles :

jeudi 2 mars 2017

Ces filles qui courent vite : Interview de Mylène Bacon

Mais comment font-elles pour courir si vite ? Un petit ingrédient secret ? En tant qu'expertes, quelle est leur vision du trail ? Une chose est sure, elles aiment la montagne et elles aiment grimper : toujours plus haut, toujours plus loin. Après celui de Safia-Lise, la fleur grimpante des Pyrénées, voici le 2ème portrait de la websérie - Ces filles qui courent vite - : Mylène Bacon, la championne tout terrain.
Photos : @Mylène Bacon 

Salut les mountain lovers !
Aujourd'hui, je vous présente Mylène, encore que, beaucoup auront déjà entendu ce prénom sur bon nombre de podiums, principalement dans la région Midi-Pyrénées. C'est une championne tout terrain : courses sur route, nature et trail ; sur les courtes à moyennes distances elle fait facilement la course en tête avec les hommes ! Elle a bien voulu répondre à quelques une de mes questions, je la remercie infiniment pour celà et vous laisse donc la découvrir.

Bonjour Mylène, et bienvenue ! Pour commencer, pourrais-tu nous parler un peu de toi ?
"Bonjour Fanny, merci pour ce petit temps d’échanges.
Professionnellement je suis responsable suivi dans un protocole de prise en charge de patients porteurs de pathologies chroniques : un peu complexe mais pour faire simple : enrichissant, épanouissant et surtout une bonne leçon de vie lorsque tu as la chance de choisir ta vie tous les jours, les patients la subissent avec la maladie et tous les aléas. Une bonne prise de conscience quotidienne du bonheur de vivre SA vie. Personnellement j’ai 37 ans je suis née à Brest (Bretagne) avec une enfance de nomade par un papa travaillant dans la marine nationale. Je me pose 5 ans à Rennes pour mes études STAPS, que je poursuis sur un DESS à Toulouse ou ma vie professionnelle va concrètement commencée. Aujourd’hui je m’y sens bien, Toulouse est ma ville, la Bretagne est ma région.
Sportivement, 17 ans de Basket jusqu’au niveau National, mais toujours en toile de fond la course à pied, mon surnom de mobylette sur les terrains, surement un signe. L’arrivée à Toulouse y a mis un terme, pas le temps de m’entrainer et de partir en déplacement je me consacre à la course à pied en mode loisir. Quelques semi-marathons et 4 marathons et quelques dossards de temps en temps.
Personnellement célibataire, sans enfant, ni chien-ni chat (très important à mentionner), j’ai ma famille en Bretagne (mes parents, ma sœur, son chéri et mon neveu d’amour), de la chance d’être entourée d’amis qui me sont précieux."
LE TRAIL & TOI
Pour toi, ça a commencé ou et quand ?
"Le Trail a commencé par une belle rencontre par l’intermédiaire d’un ami de Stéphane WEBDESIGNER de chez Irun qui m’a rapidement mis en contact avec Anouk ; il était en train de créer le TEAM Irun il y a de ça 5 ans maintenant et je me suis laissée porter par cette aventure. Et du coup l’envie de chausser mon sponsor SALOMON sur les terrains escarpés de Midi-Pyrénées par les TEMPLIERS direct : bim"

Que ressens-tu quand tu cours en montagne ?
"Malheureusement mes semaines d’entrainements sont cantonnées à la pratique de mes séances sur le bord du canal du midi, alors dès que je peux j’enfile un dossard sur une course nature/trail pour découvrir de nouveau parcours et être dans la nature. A chaque déplacement vers l’Ariège sur l’autoroute, la montagne en face l’impression d’un appel, c’est une évidence. Ca me fait la même chose avec l’océan (mais pas la mer). Ni une drogue, ni une inspiration je dirais une « aspiration »"

Ton plus beau souvenir : il n'est pas vieux, c’est la victoire sur la Saintésprint de la Saintélyon
Une mauvaise expérience : jamais mauvaise toujours constructive
Top 3 des plus belles courses : la Saintélyon (non par son parcours mais par l’aventure qu’elle m’a fait vivre), le Gruissan Phoebus Trail (3ième place au scratch sur un plateau bien relevé où je me suis sentie à ma place) et celle a venir, je l’espère, l’éco-trail de Paris sur le 30km.


TON ENTRAÎNEMENT
Quelle est ta routine d’entraînement ?
"4 matins par semaine je me lève à 6h15 pour aller gambader. Un verre d’eau citronnée chaude, un kiwi, un café et c’est parti et je ne pense qu’à mon petit déj d’après. Ensuite j’enfile le dossard dès que je le peux, ce sont pour moi des entrainements."

Dans quels coins aimes-tu courir ?
"J’aime gambader dans l’Ariège, le Luchonnais. Mais je kiffe également les chemins côtiers de chez mes parents dans le Morbihan."

Les séances qui te font le plus progresser ?
"Je dirais pas mes séances, mais depuis que j’expose mes séances sur STRAVA je me dois à chaque séance de sortir LA séance qui va bien avec mon état de forme du moment."

Des conseils pour les débutantes ?
"Mettez le dossard le plus souvent possible, on se donne toujours plus les épingles accrochées, et c’est toujours un plaisir de retrouver la communauté de coureur, surtout pour tous ceux qui courent sans club."

L’EQUIPEMENT
De manière générale, comment t’équipes-tu pour courir en montagne ?
"TOTAL LOOK SALOMON"
Des grigris ? 
"Jamais sans mes grigris : c’est tout con il y a la croix que je porte autour du coup qui me relie a ma maman. Et la médaille de mes 4B ("Mimi les 4B: Bretonne, née à Brest du signe du Bélier avec un nom comme Bacon difficile de ne pas avoir un caractère de cochon" extrait de l'interview de Runner life) que je frictionne telle la lampe d’Aladin quand j’ai un coup de moins bien course."

Pour finir, as-tu une devise, ou une source de motivation qui t’entraîne chaque jour ?
"Ta seule limite c’est toi même"

Merci Mylène ! Et BRAVO pour ton parcours, tes performances, et avant tout ta passion que j'admire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire