Trail&CO

vendredi 30 octobre 2020

Mon projet pro #2 : réussir le probatoire de l'AMM...


Coucou les marmottes ! Je suis super contente de vous retrouver à travers ce nouveau billet. Un billet sur ma reconversion professionnelle. Ça y est, je fais officiellement partie de la promo 2020-2022 des AMM en formation !! Comment ? J'ai réussi (et du 1er coup !) le probatoire qui a eu lieu en septembre dernier dans les Pyrénées :-) Hey ouais, trop heureuse la fille alors que ce n'est "QUE" le concours d'entrée :D
Je parle effectivement de réussite, alors que je n'ai même pas encore mis un seul doigt de pied dans la formation. Pourtant, il s'agit bien de réussir ce mythique (et tant redouté) examen d'entrée au diplôme d'état d'alpinisme d'accompagnateur en montagne si l'on veut avoir la chance d'intégrer la formation. Le P R O B A T O I R E ressemble pour certains candidats à une montagne infranchissable. La faute à l'orientation très souvent. Car l'on ne devient pas orienteur en un claquement de doigts. Il faut s'entraîner et se préparer au minimum un an avant. Le QCM peut s'avérer tout aussi redoutable, les notions à connaître sont nombreuses et parfois très précises, et certaines questions nécessitent une excellente culture générale montagnarde.

Pour ceux qui n'ont pas suivi le début de ma reconversion pro > c'est par ici <.

Dans cet article, je vais vous présenter l'examen et plus en détails les différentes manières de s'y préparer et de maximiser ses chances pour le réussir. Je vous parlerai aussi de mon probatoire à moi, comment je l'ai vécu, quels choix ai-je fait et le résultat ! Si vous avez d'autres questions, laissez-moi un message sous l'article. Et si vous aimez cet article, si vous voulez me filer un petit coup de main, partagez l'article.


L E  P R O B A T O I R E  D E  L ' A M M  :

P R E S E N T A T I O N

Il y a en moyenne 2 à 4 sessions par an en France. Les dates et lieux sont disponibles sur le site internet GEPAFOM (plateforme d'inscription). Les informations liées à l'inscription sont disponibles sur le site internet du Centre National de Ski Nordique et de Moyenne MontagneL’examen probatoire comprend deux épreuves qui se déroulent dans l’ordre chronologique suivant :

  • Première épreuve (éliminatoire) : un parcours d'orientation en terrain varié ;
  • Deuxième épreuve : un questionnaire portant sur l’environnement montagnard naturel et humain et l’expérience de la vie en montagne.

Pour des raisons techniques, l’organisateur peut inverser l’ordre des épreuves. Seules les copies des candidats ayant validé l’épreuve 1 seront alors corrigées. Dans tous les cas l’accès à l’épreuve 1 nécessite la validation technique préalable par le jury de la liste de randonnéesPour être admis à l’examen probatoire, le candidat doit avoir réussi le parcours de marche /orientation en terrain varié et validé le questionnaire.

✨ Epreuve 1 : le parcours de marche / orientation en terrain varié

Ce parcours consiste en un déplacement en moyenne montagne à la recherche de balises, en autonomie de navigation et, pour tout ou partie, hors sentier. C'est une épreuve individuelle où toute forme de communication (y compris avec les contrôleurs) est interdite, sauf pour raison de sécurité ou d'abandon. Certains des points de passage obligatoires définissent des portions successives d’itinéraire, dites « sections », que le candidat doit franchir dans les limites des barrières horaires minimales et maximales définies par le jury, pour être autorisé à poursuivre l’épreuve. Ces barrières horaires sont indiquées sur la carte.

Pour réussir l'épreuve, le candidat doit franchir les portes horaires dans les temps impartis, valider son passage dans l’ordre aux points de passage imposés (balises) et avoir satisfait aux contrôles portant sur le matériel et le sac.

Pour les orienteurs qui ont l'habitude de chercher des balises, cette épreuve ressemble beaucoup à un raid orientation sur carte IGN (vous vous souvenez des raids FFME ?^^). 

SPECIFICITES LIEES A LA MARCHE

Durant tout le parcours, les candidats portent un sac à dos de 10 kg minimum pour les hommes et de 7 kg minimum pour les femmes. Ce poids est le poids minimum à avoir en cas de contrôle (avant, pendant ou après l'épreuve). Il ne comprend donc pas l'eau, le ravitaillement et le matériel pouvant être utilisé le jour J (veste imperméable, montre, boussole...). 

SPECIFICITES LIEES A L'ORIENTATION

Le support d’orientation est un extrait de carte IGN au 1/25 000 ème , avec une équidistance de 10 m, que l'organisation fournit à chaque candidat. Les bords de carte sont orientés au Nord géographique. Le départ, l'arrivée et les points de passage obligatoires correspondent à des éléments caractéristiques. La navigation ne peut se faire qu’à l'aide d'une boussole magnétique, une carte et un altimètre, à l’exclusion de tout autre procédé technologique. Tout autre support est également interdit (carte papier ou électronique). 

L’épreuve fait appel à un chronométrage électronique. Des boîtiers sont positionnés sur le terrain à l’emplacement des balises. L'organisation met à votre disposition une puce nominative dont l’introduction dans les boîtiers enregistre votre heure et votre ordre de passage aux balises. La bonne validation de votre passage se vérifie sur le boîtier au moyen d'un bip sonore et d'un signal lumineux simultané. Vous devez les rallier impérativement dans l’ordre croissant (∆ - 1 - 2 - 3 - ...). La validation de tout autre point de passage que ceux indiqués sur votre carte entraine l'élimination. A votre arrivée à chaque porte horaire, vous êtes tenu de valider votre passage en insérant votre puce dans le boitier de contrôle, puis de vous présenter au chronométreur qui procédera à la lecture de votre temps cumulé de parcours. Si vous êtes en retard, vous serez éliminé et devrez-vous conformer aux consignes de rapatriement du contrôleur responsable de la porte horaire. Si vous êtes en avance, vous devrez vous conformer aux consignes d'attente formulées par le chronométreur, gérer vous-même votre avance au moyen de votre chronomètre puis revalider spontanément le boitier de contrôle avant de vous représenter au contrôleur une fois la barrière horaire minimum atteinte.

 

Sur la carte peuvent figurer des zones interdites marquées par des surfaces hachurées de couleur rose ; il est formellement interdit de pénétrer dans ces zones. De même, les éventuelles routes interdites sont barrées par des croix roses ; il est dans ce cas formellement interdit d’emprunter la route ou de la longer à moins de 5m de distance de la chaussée. 

✨ Epreuve 2 : le QCM portant sur l'environnement naturel et humain et l'expérience de la vie en montagne

Cette épreuve, d’une durée de 30 minutes, se présente sous la forme d’un écrit. Comme précisé ci-dessus, elle est accessible aux candidats qui n’ont pas été éliminés à la première épreuve. Elle vise à s’assurer que le candidat possède les connaissances de base relatives à l’environnement montagnard naturel (écologie générale, faune, flore, géologie, géographie, météorologie) et humain (économie, habitat et vie sociale, protection de l’environnement, sécurité en montagne) et d’évaluer son expérience de la vie en montagne. Il s'agit de répondre à 40 questions (avec 4 propositions à chaque fois) qui ont toutes au moins une réponse juste et au moins 2 réponses fausses. En bref, il y a une ou deux bonnes réponses. Si vous répondez A et C à la question 24 alors que seule la réponse A était correcte, vous avez 0 points. Il faut avoir toutes les réponses correctes pour remporter le point de la question. Au total, vous devez avoir 30 points sur 40 pour valider cette épreuve (et oui, il ne suffit pas d'avoir "la moyenne" !).

 

L E  P R O B A T O I R E  D E  L ' A M M  :

P R E P A R A T I O N  D E  L ' E P R E U V E  D E  T E R R A I N

✨ Devenir un orienteur

Ne devient pas orienteur qui veut ! La preuve étant que bon nombre de candidats échouent, parfois plusieurs fois. La sélection est drastique, en moyenne c'est pas plus de 30 à 40% des participants qui valident l'épreuve. Pour s'y préparer, il faut s'armer de patience et surtout s'y prendre très tôt.

 

J'insiste sur la difficulté. Car j'ai croisé bon nombre de candidats se "ventant" de savoir lire une carte IGN et savoir "bien" s'orienter en randonnée. SAUF QUE, bon nombre d'entre eux n'ont pas trouvé une ou plusieurs balises, ou sont arrivés hors délai du fait de mauvais choix d'itinéraires. Il faut prendre en compte le fait qu'un itinéraire "parfait" n'emprunte que très peu de sentiers. Il passe plutôt à travers forêts et pâturages, longe des ruisseaux, remonte des talwegs, passe à courbe de niveau ou encore suit un azimut. Il fait appel aussi à des notions tels que le point d'attaque et la ligne d'arrêt. Il faut être bon orienteur (et pas simplement bon randonneur), et faire preuve de rigueur, de précision et de rapidité.

Je ne peux pas ici, en un article, vous apprendre à orienter, mais je peux vous donner quelques pistes de ce qu'il va vous falloir assimiler et surtout bien maîtriser. 

> Assimiler les éléments constitutifs de la carte : vous devez connaître la légende d'une carte IGN par coeur ;

> Mesurer une distance sur la carte : 1,5 cm sur la carte entre deux balises ? Combien de mètres sur le terrain ? Vous devez être capable de faire rapidement la conversion et, encore mieux, de savoir combien de pas/double pas vous faites sur cette distance en fonction du terrain ;

> Lire le relief et déterminer l'altitude : suivre une courbe de niveau, ajuster régulièrement son altimètre, monter ou descendre de 10, 50 ou 100m, voilà ce qui vous attend ;

> Choisir des éléments fiables et précis pour : vos points d'attaque, vos lignes d'arrêt et vos lignes directrices ;

> Définir le meilleur choix d'itinéraire en tenant compte du dénivelé, du type de végétation au sol et des éléments précédents.

Pour maîtriser toutes ces notions, l'idéal (d'après moi) serait de s'inscrire deux ans à l'avance dans un club d'orientation et de pratiquer régulièrement des courses. Les courses classiques (sprint, moyenne et longue distances) ont généralement lieux sur des cartes IOF et non IGN mais le principe est le même. Faire des raids orientation est également un excellent moyen de s'entraîner au probatoire. D'ailleurs, certains raids utilisent des cartes IGN, c'est donc parfait pour vous !

Si vous êtes un peu serré niveau timing, et que vous n'avez jamais pratiqué l'orientation de manière soutenue, faites un stage avec un organisme ou un accompagnateur en montagne. Je n'en connais pas beaucoup, alors je ne vous conseillerais que celui dont j'ai entendu parler (en bien) (l'un des formateurs est un excellent orienteur !!) : Stage Orientation par Arvik. Si vous en connaissez d'autres n'hésitez pas à me le signaler, je l'ajouterai ici. 

✨ Travailler son endurance et sa force

20-25km et 1500m de D+ minimum : voilà ce qui vous attend. En trail-running, ce n'est pas tant que ça pour beaucoup de sportifs. Mais ajoutez un sac de 10 (femmes) à 13kg (hommes), un parcours hors sentiers, des balises à chercher en un temps limite et la tâche se complique. Les ascensions sont souvent bien raides, les descentes glissantes et/ou techniques. Il faut être préparé à une telle épreuve. Comment ?
 
> Faire des randonnées "sportives", c'est à dire chargé(e) avec un sac à dos d'une dizaine de kilos, sur une distance d'une vingtaine de kilomètres avec dénivelé important (> 1000mD+) à un rythme soutenu (pas de pause photo par exemple^^) ; je dirais qu'avec une bonne condition physique, 3 mois de préparation, à raison d'une à deux randonnées par semaine (en plus d'une activité physique autre telle que la course à pied par exemple) suffisent ;

> Faire du renforcement musculaire une à deux fois par semaine au moins ;

> Pratiquer le trail-running (course à pied avec du dénivelé et sur terrain technique) avec un sac légèrement chargé (2 ou 3 kg) ;

 

✨ Préparer son sac à dos

D'abord, vous devez rassembler tous les éléments de la liste concernant le matériel obligatoire et celui conseillé (page 11 du lien). Pensez bien à changer les piles de votre frontale et celles de votre montre chronomètre et/ou de votre altimètre si celui-ci en nécessite. Puis, dans un second temps, faites-vous une liste de tout ce qu'il vous manque : mouchoirs, ravitaillement, stylo, masque, gel hydroalcoolique... Pour vous aider, voici un petit brief de ce que j'ai emmené avec moi le jour de l'épreuve.

  • Dans le sac à dos (matériel restant dans ou sur le sac, donc poids compris dans les 7/10kg obligatoires) : 
    • Sac à dos 40L avec pochette pour sangle ventrale (pratique pour y mettre tout mon ravitaillement !)
    • Sac de couchage
    • Bâche avec oeillets dans les angles
    • Trousse de secours (avec, en plus des éléments obligatoires du paracétamol, des anti-histaminiques, du spasfon et des compeeds)
    • Kit d'allumage de feux avec allumettes dans une pochette hermétique
    • Sur-sac étanche pour le sac à dos
    • Couteau
    • 1L d'eau de réserve (qu'on n'utilise pas pendant l'épreuve)
    • 500g de nourriture (qu'on n'utilise pas pendant l'épreuve)
    • Boussole de réserve 
    • Siflet
    • Frontale
    • Fiche de consignes distribuée lors de la remise des dossards
    • Dossard avec épingles
    • Téléphone portable
    • Poids de musculation pour compléter les 7/10kg si besoin 

  • Dans le sac à dos (matériel pouvant être utilisé, poids non compris dans les 7/10kg)
    • Veste imperméable manches longues
    • Bonnet
    • Protège carte 
    • Gants
    • 2,5L d'eau (dont 0,5L avec du sirop)
    • Vivres de course : barres, chocolat, comportes en gourde, fruits secs, gâteaux...
    • Lunettes de soleil si besoin selon météo
    • Crème solaire si besoin selon météo
    • Gel hydroalcoolique
    • Mouchoirs
    • Polaire si besoin selon météo
    • Casquette si besoin selon météo (même par temps de pluie, la casquette reste très pratique pour éviter d'avoir de l'eau dans les yeux en permanence)
  • Sur moi (poids non compris dans les 7/10kg) : 
    • Pantalon
    • Montre chronomètre et altimètre
    • Chasuble distribué avec le dossard la veille de l'épreuve
    • Tee-shirt respirant
    • Boussole avec attache poignet
    • Doigt électronique distribué par l'organisation pour le poinçonnage des balises
    • Chaussures type trail-running (j'y suis habituée, sinon prenez des chaussures montantes) ; petite astuce d'orienteur : fixer les lacets dans du scotch pour ne pas être obligé de les refaire pendant l'épreuve !
    • Bâtons de marche (3 brins, pliables facilement pour rangement sur le sac si besoin) 
    • Masque 
Ensuite, pendant les mois qui précédent l'épreuve et où vous allez vous entrainer, il va falloir tester votre matériel. Votre sac, vos chaussures, la veste imperméable que vous allez emporter : tout doit être essayé et éprouvé afin d'emmener avec vous UNIQUEMENT du matériel fiable, confortable, adapté et sans contrainte. Votre sac ne doit en aucun cas vous gêner, vos chaussures ne doivent pas vous donner d'ampoules aux pieds, votre ravitaillement doit être connu et maîtrisé (oubliez les barres et gels que vous ne testez pas plusieurs fois avant l'épreuve !!).

 

L E  P R O B A T O I R E  D E  L ' A M M  :

P R E P A R A T I O N  D U  Q C M

Le QCM est lui aussi une épreuve difficile, pas tant de par le niveau des questions (même si certaines sont parfois très spécialisées), mais de par la diversité des thématiques à assimiler. Il est difficile d'être expert dans tous les domaines... alors il va vous falloir très certainement bachoter un moment ! Deux mois, six ou peut-être dix, le temps de préparation au QCM va dépendre de votre niveau de base (avez-vous une formation initiale en expertise naturaliste, environnement... ?), du temps dont vous disposez pour vous préparer (une heure ou une journée entière par jour ?) et de votre capacité d'assimilation.

Pour ma part, je pense qu'à raison de 2-3h par jour il est possible de faire des révisions correctes sur 3 mois pour quelqu'un qui a des notions de base. Mais si vous avez plus de temps pour approfondir et vous exercer avec des QCM d'entraînement, alors c'est encore mieux.

Voici les étapes pour réussir le QCM :

  1. Découvrir les thématiques à connaître ;
  2. Faire des fiches pour chaque thématique : pour chaque notion à connaître, rechercher sa définition précise, des exemples, sa situation (géographique par exemple)... S'appuyer sur des outils existants : "Ma boîte a QCM" et "Outdoorguidetips" mais attention il faut approfondir les notions abordées à travers ces deux sites ;
  3. Faire des annales pour s'exercer et identifier ses lacunes ;
  4. Approfondir avec des ouvrages :
    • La Vie de la Montagne - Bernard Fischesser ; 
    • Petit manuel de météo montagne - Jean-Jacques Thillet ;
    • Animaux des montagnes - Sandrine Stefaniak ;
    • Arbres et arbustes de montagne - Sandrine Stefaniak ;
    • Guide des fleurs de montagne - Marjorie Blamey ;
  5. Approfondir avec des sites internet : ONCFS, Parcs Nationaux...
  6. Approfondir avec des reportages : les vidéos de Fred et Jamy (C'est pas Sorcier ; une vraie mine d'infos pour découvrir une nouvelle thématique !), les reportages d'Arte, les MOOC...


L E  P R O B A T O I R E  D E  L ' A M M  :

M O N  R E C I T  D E  L ' E X A M E N  2 0 2 0  E N  O C C I T A N I E  E N  V I D E O



A bientôt,

Fanny

3 commentaires:

  1. Superbe reportage et montage avec cette petite musique qui met le stress ! Bravo à toi , tu y es ! L'orientation c'est quelque chose de bien compliquée ! ( encore plus quand on ne l'a pas en soi et qu'on fonctionne au feeling !) . En souhaitant que cette année 2021 puisse se derouler le mieux possible pour toi !
    Fred

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est tellement gentil :-) Oui tu as raison, l'orientation quand on n'en fait pas régulièrement j'imagine très bien la difficulté que c'est !

      Supprimer
  2. Bonjour et merci pour les infos très intéressantes. Félicitations pour votre réussite.
    Je pense tenter le probatoire l'année prochaine. j'ai quelques questions, pourriez vous y répondre svp ?
    Concernant la liste des 30 randonnées a justifier la veille du probatoire: selon le tableau récupéré sur le site du CNSNMM il y a 3 catégories de randonnées a effectuer. 10 qui doivent être sur la liste fournie, 10 "libres" mais en massif français et 10 en milieu enneigé ou tropical. Pour cette dernière catégorie est-ce possible de réaliser les randonnées dans d'autres pays que la France? Concernant les "libres" il y a t il un minimum en terme de km ?
    Concernant l'inscription au probatoire: il y a 5 sites dont 3 pour l'examen entre avril et juin et 2 en septembre. j'ai repéré les dates d'ouverture des inscriptions et j'ai remarqué que quelques jours plus tard arrive déjà la fermeture. Est ce une inscription en ligne ou papier ? faut il être au taquet devant son pc au moment de l'ouverture des inscriptions par peur de manquer de places disponibles, ou du moment qu'on s'inscrit dans les temps on est accepté ?
    Merci pour votre attention,

    RépondreSupprimer