Texte

Texte


Les derniers articles :

lundi 28 novembre 2016

Ces filles qui courent vite : Interview de Safia-Lise Saighi

Mais comment font-elles pour courir si vite ? Un petit ingrédient secret ? Et en tant qu'expertes, quelle est leur vision du trail dans le monde actuel ? Une chose est sure, elles aiment la montagne et elles aiment grimper : toujours plus haut, toujours plus loin. Voici le 1er article de la nouvelle websérie : Ces filles qui courent vite.

Photos : @Safia-Lise Saighi
Salut les mountain lovers !
Aujourd'hui, je vous présente (si vous ne la connaissez pas déjà) Safia-Lise Saighi : la jolie fleur grimpante des Pyrénées. Une jeune athlète qui monte, sur les sommets et dans les classements en accomplissant de jolies prouesses dans des épreuves nationales et internationales. Je la suis depuis plusieurs mois maintenant sur les réseaux sociaux (Facebook - Instagram), c'est une vraie source d'inspiration : des paysages de rêves, une motivation sans faille, un compagnon de course dont je suis tombée amoureuse (du style très poilu 😉), quelques conseils et de très beaux résultats. Mais avant ses résultats, ce que j'admire par dessus tout c'est sa passion de la montagne. Elle m'a accordé une petite interview, je la remercie infiniment et je vous laisse donc la découvrir.

Bonjour Safia-Lise, et bienvenue dans ma petite communauté des mountain lovers ! Pour commencer, pourrais-tu nous parler de toi, de là où tu vis et où tu exerces ta (tes) passion(s) ?
"J’ai 25 ans et j’habite dans les Hautes-Pyrénées, à Saint-Lary où je suis pisteur-secouriste. C’est un métier qui permet d’être au coeur de la montagne et de vivre à son rythme. Je suis plutôt gourmande et aime beaucoup cuisiner, je m’intéresse aux différents « courants  alimentaires » : la raw-food, les végans, les paléos, les végétariens… pour trouver de nouvelles recettes alternatives. J’en découvre souvent lors de mes voyages. Je rentre tout juste d’Inde : la-bas, un tiers de la population est végétarienne- ce qui représente plus de 400 millions d’individus ! Leur cuisine est délicieuse et surtout, très variée ! Ca m’inspire pour un nouveau mode de vie…"

CÔTé MONTAGNE
Que ressens-tu quand tu es en montagne ?
"En un mot : la sérénité. "

Quelle place cela a dans ta vie ?
"La montagne a une place centrale dans ma vie. J’habite un petit village très encaissé à 1000m d’altitude, au pied d’un pic, sous sa face nord : nous n’avons pas de soleil de mi-novembre à février. Il faut savoir s’adapter. Elle est parfois très rude et nous apprend à être humble. Je vis en montagne, je travaille en montagne et lorsque je voyage… je vais en montagne !"
Ton massif français préféré ?"Les Pyrénées… c’est le massif où j’habite et j’y suis forcement très attachée. Ce sont des montagnes sauvages, avec des sentiers techniques, pleins de cailloux. Je trouve ces montagnes authentiques, brutes."

Le top 3 des plus beaux sommets selon toi ?
"Le Vignemale, dans les Hautes-Pyrénées. C’est un sommet mythique pour nous, Pyrénéens. Il a aussi été le théâtre d’une des plus vieilles courses de France: en 190… des guides se lancent le défi de faire une ascension aller-retour depuis Cauterets (42km 2800m D+/-) : le Trophée du Vignemale est né. Depuis, il y a eu 8 éditions, j’ai eu la chance d’en courir deux et l’honneur de gagner l’édition de 2015.
Le Cervin/ Matterhorn. Sa silhouette nous est à tous familière… Ce sont ces belles pentes abruptes qui illustrent les tablettes de Toblerone. J’espère pouvoir un jour aller courir le Matterhorn Ultraks. Le 3ème n’est pas un sommet, mais un massif où j’ai eu l’occasion d’aller 2 fois et qui me fascine : l’Himalaya. C’est une autre dimension, un autre monde. On y perd ses repères, c’est la démesure."

CÔTÉ TRAIL
Pour toi, ça a commencé où et quand ?

"Cela a commencé il y a 3 ans. Je n’aimais pas forcement courir mais j’aimais bien aller me promener en montagne. Pour me motiver à m’entrainer, mon copain m’a inscrite à un KV, qui avait lieu 1 mois plus tard. Alors j’ai commencé à m’entrainer dans du raide. Ca me plaisait. Le jour J, j’avais une peur incroyable. Toutes les autres filles étaient très équipées et avaient l’air très sportives… Au final, j’ai gagné ! Je me suis dit qu’il fallait peut-être que je persévère !"

Ton plus beau souvenir ?
"Mon plus beau souvenir est sans aucun doute ma victoire au Trophée du Vignemale. C’est une course mythique pour tous les Pyrénéens. C’était aussi une distance (42km) qui ne m’était pas familière. Il faisait un temps magnifique et la vue depuis le sommet donnait vraiment l’impression d’avoir toutes les Pyrénées à ses pieds."

Une mauvaise expérience ?
"La Skyrhune 2016 ! Il faisait chaud (mais ce n’était pas non plus intenable) et il y avait du vent du sud qui asséchait terriblement la peau et la bouche. J’ai pris un gros coup de chaud dès les premiers kilomètres. Je suis arrivée au ravito du km 10 en grelottant et ayant le coeur qui tapait presque à 200 alors que je trottinais tant bien que mal. J’ai garé et j’étais très déçue… Mais je ne dirais pas que c’était une mauvaise expérience, au contraire. On apprend beaucoup de ce genre de situation."

Top 3 des plus belles courses parmi celles que tu as faites ?
"Le Trophée du Vignemale (42km 2800 D+/-). Un format marathon avec ascension du plus haut sommet des Pyrénées française. La face Nord du Vignemale est majestueuse.
Limone-sul-Garda, (27km 2700m D+/-) en Italie. Une course avec une ambiance à l’italienne !
Kota Kinabalu, (23km 1500m D+/-) sur l’île de Bornéo en Malaisie. Ambiance tropicale sur une île très montagneuse, où un sommet culmine à plus de 4000m."

CÔTÉ ENTRAÎNEMENT
Quelle est ta routine d’entraînement ?

"Tout dépend de la période de l’année… En hiver, mon travail est assez physique (je suis pisteur-secouriste). Je finis parfois les journées épuisée… j’opte alors pour une sortie facile, histoire de faire tourner les jambes qui ont skié toute la journée. En général, (hiver compris) je m’entraine sur 6 à 10 séances par semaine, plus la muscu.
J’essaie de varier le type d’entrainement (fractio long ou court, à plat, en cote, sorties d’endurance longue, sorties rythmés) mais aussi le sport : je fais pas mal de vélo et de ski-alpi, un peu de télémark pour aller glisser tout en me musclant."

Les séances qui te font le plus progresser ?
"Indéniablement, c’est le fractionné ! Je déteste et j’adore ces séances. Elles sont terriblement dures mais j’aime sentir que le corps est toujours capable d’aller très loin.
Les sorties longues sont mes préférées et elles sont bien sur indispensable pour préparer le corps à encaisser la distance. J’habite dans une vallée magnifique donc je prend beaucoup de plaisir à parcourir les sentiers."

Des conseils pour les débutantes ?
"En faire peu mais bien : il est préférable, au début, de courir 2 fois 30 min dans la semaine, plutôt qu’une seule fois 1h. Cela s’applique tout au long de la progression : plutôt que de courir un bloc de 4h, je le divise en deux sur une journée. 2h le matin, puis 2h l’aprés-midi. Le corps se fatigue moins, il est disponible sur l’ensemble de l’entrainement.   Pour progresser en montée, il faut alterner marche/course. On peut se donner des petits objectifs en comptant : 25 pas en courant, 25 pas en marchant.
Pour la descente, il ne faut pas être trop en arrière, sinon, c’est la glissade sur les fesses. On se penche, on met bien la tête en avant et gaaaaz!
Faire un petit peu de musculation : des abdos mais aussi des dorsaux ! Idem qu’en course à pied : plutôt que de faire une séance terrible, en faire 20 par jour suffit : à la fin de l’année, on aura fait 7300 abdos et dorsaux!"

CÔTÉ EQUIPEMENT
Comment t’équipes-tu pour courir en montagne ?

"Je prend toujours de l’eau mais rarement mon téléphone… Par contre, ça n’est pas une légende… le temps change très vite en montagne ! Les différences de températures peuvent parfois être de 1 degré tous les 100m ! Quand il fait 10° au village à 800m, il peut faire 0° au sommet à 1800 !"

Des marques/produits que tu aimes particulièrement ?
"En nutrition sportive, j’ai la chance d’avoir comme partenaire Beez’nergy (la ligne sport de Ballot-Flurin Apiculteurs) qui réalise des produits BIO et locaux ! Ils sont fait dans les Pyrénées à partir de produits de la ruche : miel, gelée royale, pollen et propolis. Le corps les assimile parfaitement grâce à leur grande qualité. Je suis un peu « écolo » et leur packaging me plait beaucoup : fini les emballages pleins les poches qui garniront encore de nouvelles poubelles… Ce sont des éco-stick rechargeables ! Et surtout… leur barre crue est délicieuse !
En chaussures, j’aime beaucoup les Inov8. Ce sont des chaussures minimalistes à l’accroche et au confort incomparables ! Je dois en avoir une dizaine de paires…"

Des grigris ?

"Une fleur dans les cheveux. Ça met de bonne humeur !"

Pour finir, as-tu une devise ou une source motivation qui t’entraîne chaque jour ?
"J’aime partir m’entrainer en me disant que je vais progresser, que je pourrais aller encore plus loin en moins de temps… et donc voir encore plus de nouvelles montagnes !"

Merci Safia-Lise !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire