Texte

Texte


Les derniers articles :

vendredi 20 février 2015

Arthroscopie du genou : en route vers la liberté... de courir !



Suite à mon opération, j'ai reçu plusieurs témoignages de même qu'un bon nombre de questions... je ne suis pas la seule à être blessée ! Alors voici un billet sur mon retour d'expérience vis-à-vis de la plicae latéro-rotulienne qui me gâchait la vie depuis bientôt deux ans.

De l'opération à la reprise de la course à pied, en passant par les phases de cicatrisation et ré-athlétisation, vous saurez tout ! Je parle ici de mon expérience, et me permets aussi de donner quelques conseils mais ATTENTION de ne pas tout prendre à la lettre, demandez bien conseil à vos médecins (chirurgien, kinésithérapeute,...) car chaque cas est différent.

Expérience personnelle : la plicae

La douleur... depuis quand ?
Une question me trotte souvent dans la tête... cette douleur au genou droit, qui s'est accentuée depuis ces deux dernières années, depuis quand est-elle réellement là ? Je ne m'en souviens même plu. En regardant des photos par ci par là, je me vois souvent avec la genouillère. Pour courir, mais aussi pour randonner. Comme si cette douleur avait toujours été là.


Entrée en phase critique
En 2011 s'ouvre un nouveau chapitre de ma vie : le début de mon doctorat. Dans ce nouveau chapitre, plutôt laborieux à vrai dire, la course à pied devient rapidement une nécessité pour décompresser et ne pas perdre pied. Un footing, puis deux, puis trois, et des courses d'orientation, et des randonnées, et hop un peu d'escalade aussi. Un peu boulimique la fille ? Oui peut-être mais ça me fait du bien. Du bien dans mon corps et dans ma tête. Le trail est une réelle découverte pour moi en 2012. D'abord en mode "rando-course" avec une amie pour appréhender cette nouvelle discipline, et puis en 2013 je décide de m'y mettre plus sérieusement,  et d'augmenter la distance.

Mai 2013 : le kilomètre de trop...
De 10-15km, je passe à 20, puis à 40km... Ah cette fameuse barre des 40km... dans la Drôme, à Crest, c'est là que j'ai couru le Trail du Bout de Drôme (le récit par ici). Une expérience fascinante, exceptionnelle ! A mon petit rythme, en mode "allons voir si je peux le terminer". Des paysages à couper le souffle, une organisation au top, des coureurs fort sympathique. Mais aussi beaucoup de kilomètres et de dénivelé... peut-être un peu trop pour mon genou. C'est alors le début des galères pour moi...


Mai 2013 : mauvais diagnostic et l'espoir de recourir qui s'envole
Angoissée et déprimée, voilà comment je me sens après ce trail. Une douleur "mécanique" côté externe du genou droit me gâche systématiquement mes footings, m'empêchant même de faire plus de quelques kilomètres. La tête basse, c'est décidé je vais voir mon médecin généraliste pour me débarrasser de ça. Le (premier) diagnostic tombe, sans réellement d'examen, côté externe c'est dans doute une tendinite du fascia lata (petit article par ici). Diagnostic à la mode, sachez le. Bon, rien de bien dramatique. Quinze séances de kiné, du repos total, des séances de mésothérapie et une cure d'anti-inflammatoires. Un peu dépitée, je suis très sérieusement les consignes jusqu'au moment de la reprise...
En juillet, grand moment de bonheur. Ça y est je peux recourir ! Enfin ! Après deux mois de repos total ! Je commence par 20min. Aie et bien c'est déjà trop. Toujours cette douleur. Mince. Bon ok, on diminue ma "dose". 10min. Ça passe plus ou moins, mais impossible de ré-itérer l'opération. Coup de fil au doc' qui me répond "c'est que tu as repris trop rapidement". Très bien, allons y plus doucement...
Après des semaines de galères et d'"incompétence" de mon médecin, je dis stop, je suspecte une autre cause à ma douleur. Je prends alors un RV avec un spécialiste sur Montpellier.

Octobre 2013 : la révélation... 
A ce moment là, je ne saurai trop dire comment je me sens. Contente de consulter un spécialiste, mais terrifiée à l'idée d'avoir un diagnostic menant à une opération ou pire un problème qu'on ne peut pas résoudre. Après une longue consultation, de multiples questions, un examen manuel et un arthroscanner, le diagnostic tombe : une plicae latéro-rotulienne congénitale. Beaucoup de personnes l'ont, sans le savoir, sans que ça ne les gêne, sans avoir à l'enlever un jour. Mais je ne suis pas comme tout le monde. Non. Dans me cas, c'est gênant, ça "bloque" ma foulée. Ça fait mal aussi. Une plicae c'est une sorte de pli de la membrane synoviale.

Novembre : le début de la lutte...
Une plicae, ça peut être retirée par arthroscopie. Mais une opération, ce n'est pas bénin. Ça me fait peur, je ne suis pas pour, et mon médecin non plus. C'est alors le début d'une longue lutte, à essayer plusieurs méthodes pour tenter d'éliminer cette plicae. A savoir qu'à chaque fois, après une semaine de repos total, est mis en place un protocole de reprise de la course à pied très progressif pour voir si la douleur réapparaît.

  • 1ère méthode : le "déplissement" manuel ; à part quelques cris, rien de bien concluant
  • 2ème méthode : la mésothérapie ; à part des pleurs et des nuits d'angoisses à cauchemarder d'aiguilles, rien de bien concluant non plus --> petit article par ici
  • 3ème méthode : les infiltrations ; idem
  • 4ème méthode : les injections d'acide hyaluronique ; un espoir pendant 3 mois... et puis le trou noir ! --> petit article par ici


Juin 2014 : 8 mois de bataille pour... RIEN
Ce n'est pourtant pas la bonne période. Dernière année de thèse, beaucoup de travail, beaucoup de pression, de stress, et un besoin immense de relâcher tout ça baskets aux pieds. Mais voilà, le peu de fois où je cours, à partir d'une dizaine de kilomètre, le genou me cris vivement de tout stopper. Pas cool celui-là... Je sais bien qu'à partir de là, pas d'autre choix... il ne reste plus que l'opération.


L'opération : arthroscopie 

Décembre 2014, jeudi 18, le doctorat en poche, me voici à l'hôpital pour me débarrasser définitivement de cette plicae.


Journée un peu stressante pour moi, c'est ma première opération. Heureusement, Yannick est là et m'accompagne à la clinique. Une fois la paperasse faite avec les secrétaires, une infirmière m'emmène dans ma chambre. Il ne fait pas très chaud. Les infirmières ne parlent pas tellement, ce qui ne m'aide pas à me détendre. Une fois douchée à la bétadine, et revêtue d'une magnifique blouse j'attends mon heure... les mains moites, c'est terrible de ne pas connaître l'heure à laquelle je vais passer sur le billard !

Finalement, à 11h on vient me chercher... L'anesthésiste se présente et commence à m'installer un cathéter. On discute, elle me rassure. Je patiente un peu, et juste avant midi j'entre dans le bloc... GLACIAL ! Il fait froid, on m'installe une couverture chauffante (qui m'étouffe un peu en fait, comme une sensation claustrophobique) et on me fait respirer dans un masque que je retire assez vite je ne le supporte pas. J'attends de voir la chirurgienne, et de voir comment va se passer l'opération, je ne dois être anesthésiée que localement.

J'ouvre difficilement les yeux. Quoi ? Mais ou suis-je ? Je ne suis plus au bloc ? Quelle heure il est ? Je peux bouger ? Ouille je ne me sens pas très bien. Mais qu'est ce qu'il se passe ? Autant de questions qui me sont passées par la tête en salle de réveil... et oui je n'aurai rien vu de l'opération ! Ce n'est peut-être pas plus mal ! Après une bonne heure à somnoler, on me ramène finalement dans ma chambre. La chirurgienne passe dans la foulée. Tout s'est bien passé. Pas le temps de poser d'autres questions, je suis encore un peu dans le brouillard. Le kiné passe également pour indiquer quelques exercices à faire. Ouf je suis enfin tranquille, je me recouche un peu, l'anesthésie m'a bien remuée. Mais à part de petites nausées et quelques vertiges, aucune douleur au genou !
A 18h, Yannick revient me chercher :-) Le soir, j'appréhende un peu le "réveil" de la zone anesthésiée, mais je m'endors avant même de sentir quoi que ce soit.

Phase de cicatrisation


  • S+1 : Je ne peux pas plier la jambe, bien évidemment, mais je n'ai pas spécialement mal, c'est vraiment super. J'enlève très vite les béquilles, et au bout d'une semaine je monte et descends presque les escaliers normalement.
  • S+2 : Fin des soins (pansement + piqure contre la phlébite)
  • S+3 : Début des soins kinésithérapeutiques après au programme des massages
  • S+4 à S+6 : Musculation des abdos à fond (en même temps je ne peux pas faire grand chose d'autre), soins en balnéothérapie, début de petites ballades

Phase de ré-athlétisation
Nous y voilà. ENFIN ! Je ne vous apprendrais rien en vous disant que je suis surexcitée quand mon kiné m'autorise enfin à reprendre la course à pied, la rando et le sport en général. Après l'excitation du début, place à la rationalisation...

  • Règle n°1 : on se re-muscle ! Avant de s'affoler, il est important de se forger de beaux petits muscles qui vont protéger les articulations. Pendant les séances de kiné certes, mais vous pouvez (et devez) faire du renforcement aussi chez vous. Tout en faisant attention, en écoutant son corps et les consignes du kiné et du médecin du sport, je vois mes petits cuissots qui commencent à reprendre de jolies formes :-) Astuce : j'utilise 2 fois par semaine l'application Nike Training Club pour smartphones
  • Règle n°2 : on re-court PROGRESSIVEMENT et par paliers ! Selon la version kiné ou la version médecin du sport, on part de 15-20min et on augmente les sorties de +5/10min tous les 3-4 footings. Personnellement, ça se passe super bien, aucune douleur ou très peu. Par contre, niveau cardio je galère... la route sera encore longue mais je recours et prends beaucoup de plaisir, c'est le principal :-) Astuce : privilégier des chaussures avec un drop pas trop important pour ré-habituer le pied aux mouvements du terrain, aux petits impacts, ce qui ré-apprend aussi au genou à fonctionner sans la plicae
  • Règle n°3 : patience est règle d'or... Comme je viens de le dire, la route est longue. C'est difficile de repartir de "presque" zéro, mais il faut être courageux, lever la tête, profiter de tous ces petits footings qui sont déjà bien suffisant pour se faire plaisir. Il faut y aller doucement, être capable de courir 50min sans douleur avant par exemple de commencer à fractionner.
Au bout de 3 mois après l'opération, on peut compter recourir une bonne heure, et commencer le fractionné. 3 mois. Pas moins. C'est beaucoup quand la course à pied est notre passion première, ce qui nous fait vibrer, ce dont on a besoin pour être bien dans son corps et dans sa tête. Mais finalement, dans une vie, trois mois pour être enfin libre, baskets aux pieds, n'est ce pas insignifiant ?


Bon courage à tous les blessés !

Fanny (Trail&CO)

18 commentaires:

  1. Chouette récit, le meilleur est devant toi ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Ton article fut intéressant pour moi, car je me suis retrouvée dans ce cas de figure y a pas longtemps. Ne pas pouvoir bouger me dérange vraiment, car je déborde d’énergie tout le temps, une vraie pile électrique. En espérant te lire et voir d’autres de tes articles. À bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour ton commentaire ! J'espère que pour toi aussi ça passera vite et que tu pourras très vite gambader :-) Bon courage !!

      Supprimer
  3. C'est un beau (!) récit, tu as eu beaucoup de courage et le résultat est là maintenant. Bonne reprise à toi.

    RépondreSupprimer
  4. Merci !! C'est super gentil !! La reprise n'est pas facile mais qu'est ce que c'est bon de recourir :D

    RépondreSupprimer
  5. Bonne continuation!! Bises
    Bonne journée
    http://www.frcheap.com

    RépondreSupprimer
  6. Chouette récit! J'espère que ton rétablissement est toujours en bonne voie.

    Par contre ton histoire m'interpelle... Je traîne une douleur, côté externe du genou, depuis 2011! Diagnostiqué par plusieurs médecins du sport comme étant une tendinite du fascia-lata, aucun traitement n'a réussi à la faire passer.

    Étant sur Montpellier, je serais intéressé pour avoir le contact du spécialiste que tu es allé voir.

    Merci beaucoup d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Benoît ! Ah oui ça ressemble un peu à ce que j'ai eu tiens ! Tu as fait un arthroscanner ? Mon spécialiste (médecin du sport) s'appelle Frédéric Delalonde, mais attention il est difficilement joignable, d'ailleurs par tel c'est impossible... Le mieux c'est peut-être d'aller directement à son cabinet.

      Bon courage en tout cas et n'hésites surtout pas si tu as besoin d'un autre renseignement :-)

      Sportivement,
      Fanny (Trail&CO)

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour ta réponse. Je suis allé le voir aujourd'hui, j'ai un rendez-vous en avril. J'attends de voir la suite. Je n'ai pas fait d'arthroscanner mais maintenant j'attends de voir ce qu'il va me dire.

      En tout cas ton récit m'a redonné espoir. En espérant une suite favorable...

      Supprimer
  7. Salut,

    tout le long de ton récit, je me suis vu. Ca fait 6 ans que je traîne une douleur face externe du genou droit dès la barre des 15 min de course passée. on m'a vite diagnostiqué un TFL mais rien à faire pour m'en débarasser. Comme toi, j'ai tout fait (osteo, kine, meso, infiltration, acide hyaluronique, physio...) sans résultat.
    mes IRM ne dévoilent rien d'anormal. était-ce le cas pour toi?
    Comment as-tu su que ta douleur n'était pas un TFL?
    A bientôt
    alex

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Alex, désolée je crois que j'ai oublié de te répondre, je te prie de m'en excuser :-( J'ai été voir un VRAI spécialiste, un très bon médecin du sport, qui m'a fait faire un arthroscanner, et depuis là on a vu qu'il y avait une plicae latéro-rotulienne.
      Quand je forçais effectivement au bout d'un moment j'avais mal aussi quand j'arrêtais la course à pied. J'espère que tu trouveras ce que tu as, courage ! Mais n'hésites pas à aller voir plusieurs médecins, et des médecins du sport de préférence.
      Fanny

      Supprimer
  8. j'ai oublié de préciser, depuis un an, la douleur n'est plus seulement présente lors de la course à pied, mais elle est permanente, même au repos... en es-tu arrivé là?

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Fanny,
    ton blog est super, je suis étudiant sur Montpellier et je me suis blessé à la cheville et je souhaiterais consulter un bon médecin du sport sur montpellier qui arrive a desceller la blessure que j'ai. Je vois que tu as consulté Mr Delalonde, qu'en penses-tu? J'ai vu qu'il avait de bons avis sur le net. Je te remercie par avance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui pour moi c'est le meilleur !! Par contre, je ne suis pas sure qu'il prenne de nouveau patient... et il est très difficile à joindre par tel. Le mieux est peut-être d'aller le voir directement... Mais oui en tout cas il est très très compétent !! J'espère que tu trouveras ce que tu as en tout cas, bon courage !
      Fanny (Trail&CO)

      Supprimer
  10. Coucou merci pour le recit de ton histoire... et je comprends tellement la joie d'être guerrie.. cela fait un an que je traine une tendinite à la cheville droite dont je ne peux maintenant plus me debarrasser. Ca fait 7 mois que je ne peux plus ocurir ( même pas trois foulees) , c'est le cauchemar ... surtout quand on est passionne de course.
    apres avoir vu pas mal de specialistes et de medecins, jai enfin eu un rendez vous avec mr delalonde lundi...
    jespere qu'il va me sortir de cet enfer, et que je pourrai reprendre la course tout comme toi tu as pu le faire :) en effet 3 mois, c'est rien du tout!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince, désolée d'apprendre celà :-( 7 mois sans courir ça doit être insupportable !! Bon si ça peut te consoler sache que Delalonde est le meilleur médecin du sport de Montpellier ! C'est aujourd'hui le RV d'après ce que tu m'as dit, n'hésites pas à me dire comment ça s'est passé ;-) Bon courage ! Accroche toi ! Biz

      Supprimer
  11. Merci beaucoup pour ta réponse. J'ai en effet eu mon rdv lundi avec le dr. C'est le premeir et unique medecin qui a été entièrement à mon écoute et à ompris l'urgence de la situation . ( non guériosn, erreur de diagnostic) d'autant plus que pour mon cas particulier, la course est une passion mais mon métier est physique. C'est à dire que cette " urgence" médicale pas assez prise au sérieux, m'empêche de travailler également. ce qui constitue un cercle vicieux Horrible...
    Je le revois demain pour des premiers soins. Il a été vraiment alarmé de la situation. On est pas sûr du diagnostic, mais ce qui est sûr, c'est qu'il y a autre chose que la tendinite. J'ai eu u gros sentiment d'être prise au sérieux et une vraie relation de confiance. j'espère ne pas me tromper et que le medecin ne me lâchera pas tout comme moi je ne lâche pas.
    Tu as été opérée après combien de temps d'essai de traitements par injections ?
    je m'accroche et j'espère en sortir guérrie et endurcie !
    On a le droit à la guérison... :)

    RépondreSupprimer