Trail&CO

mardi 24 mars 2020

TOUR DU BEAUFORTAIN : Chalet de l'Alpage - Queige (J6)


Le dernier réveil d'une randonnée itinérante a une saveur différente aux autres. Vous connaissez ce sentiment de nostalgie alors que l'aventure n'est même pas encore terminée ? On est à la fois excité d'entreprendre une nouvelle journée, un nouveau parcours. Et puis on est aussi attristé que ça marque déjà la fin....

6ème et dernier jour dans le Beaufortain
Dernier réveil, dernier petit-déjeuner ici dans le Beaufortain. Alors on savoure. On prend le temps. Pas trop non plus car aujourd'hui c'est la journée la plus longue de toutes en terme de distance. En choisissant de faire ce trek sur 6 jours, nous n'avions pas trop le choix. Donc c'est parti pour 24 km. Et pas mal de dénivelé négatif... Ça va piqué comme on dit dans le jargon des randonneurs !


Un chemin d'abord, pour s'éloigner des pistes de ski. Puis nous empruntons un sentier en balcon, plus ou moins à courbe de niveau qui passe sous la Tête Rouge. Un très bel endroit pour commencer la journée. Nous passons ensuite sous le Grand Mont, traversons la grande combe et ses ruisseaux où il faut jouer les équilibristes pour ne pas tomber à l'eau. Ici, la flore s'épanouit intensément. C'est superbe.


Nous atteignons le refuge des Arolles (1899m), qui n'est pas encore ouvert. Nous y faisons une halte pour nous rafraîchir, il fait très chaud aujourd'hui. Un petit raidillon et nous repartons sur un joli monotrace jusqu'au col de la Bâthie. De la verdure à perte de vue. Et des ruminants aussi. Pour le moment, il n'y a presque plus de neige car nous sommes juste en dessous de 1900m d'altitude.

Mais en remontant en direction de la Pointe de la Grande Journée, l'air devient plus frais, nous retrouvons des passages enneigés. C'est aussi un autre paysage que nous découvrons. Plus lunaire. Avec quelques lacs, dont le lac de Lavouet où nous choisissons de nous reposer à l'abri du vent.

Dernier pique-nique, nous finissons les restes... Le sac est plus léger maintenant.

Après cette demi-journée de randonnée, nous finissons par accéder au col des Lacs (2247m), dernier point haut de la journée. Nous profitons comme s'il s'agissait d'un adieu. "Au revoir joli massif du Beaufortain. Tu nous as accueilli et nous t'en remercions très sincèrement."


Maintenant, une très longue descente nous attend. Longue, technique, cassante. Sous le Pic de la Vache, nous descendons tant bien que mal à travers les névés jusqu'aux Chalets de l'Aulp de Tours. C'est une partie très technique. Et il fait froid sur ce versant, l'air est glacial et le soleil peu présent. Une fois les chalets atteints, les jambes ne sont pas épargnées et le sentier leur impose à nouveau une montée sèche. Pas de répit !


Une fois la Roche Pourrie dépassée, nous changeons encore de décor. Nous retrouvons cette fois-ci une vallée habitée, aux versants forestiers. Le ciel déverse quelques trompes d'eau, nous déballons nos ponchos pour nous mettre à l'abri.

Les foulées deviennent de plus en plus silencieuses. J'ai remarqué que c'était souvent le cas, à la fin d'une expédition comme celle-ci. Comme si nous nous concentrions pour retenir toutes les belles images des paysages traversés. Ou alors est-ce pour prolonger le voyage intérieur que nous entamons au début de chaque marche dans la montagne ? Un voyage qui vous invite à vous re-découvrir, à vous écouter, à mieux vous connaître et à vous dépasser. 

Après de longues heures de descente sur de bien raides sentiers, l'aventure s'achève à Queige. La boucle est bouclée. Mais le voyage n'est pas terminé. Il continuera sur d'autres sentiers, plus tard. Que de merveilleux moments passés ici autour de ce massif.

Une épopée magique dans le petit Tyrol français.


Fin du trek du tour du Beaufortain en 6 jours

Sportivement,
Fanny

Aucun commentaire:

Publier un commentaire