LES DERNIERS ARTICLES

lundi 8 octobre 2018

TOUR DU BEAUFORTAIN : Lachat - Roselette (J2)

> Précédemment : J1 - Queige au refuge de Lachat <

2ème jour sur le Tour du Beaufortain : à fond les ballons !
Après une nuit calme et réparatrice, c'est avec une motivation de folie que nous repartons sur notre sentier de Grande Randonnée. Il faut dire qu'hier, nous avons fait principalement de la forêt, aujourd'hui nous avons hâte de gagner en altitude et d'apercevoir quelques sommets ! L'étape du jour s'annonce très costaud, nous partons donc tôt, même s'il est difficile de ne pas prendre son temps dans des gîtes offrant autant de confort que Lachat.

Les chaussures sont enfilées, le sac posé sur les épaules encore un peu douloureuses de la veille et le chrono est lancé : ce soir nous rallierons le chalet de la Roselette !
1ère étape : le Chard du Beurre (1893m). Toujours en forêt, nous commençons à grimper sur un sentier raid mais progressif. Il fait frais de bon matin, que c'est agréable ! Les jambes vont bien, et nous avons complètement déconnecté de nos train-trains quotidiens. La montagne, il est sur qu'elle vous transporte dans un autre monde !
Arrivées à ce point haut, c'est un tout autre paysage que nous découvrons. De magnifiques alpages recouverts d'au moins un milliers de fleurs, avec, au loin, des cimes enneigées. Un peu plus bas nous apercevons également le plan d'eau du col de la Lézette, notre prochain point de passage.
Etrangement, les estomacs viennent à crier famine lorsque nous nous élevons vers un petit sommet, le Mont Clocher (1976m). Ce n'est pas encore la barre des 2000m, mais nous approchons ! Pour atteindre ce petit sommet, il faut quitter le chemin en prenant une trace à droite (tous les randonneurs semblent emprunter cette variable qui ne rajoute que 100m environ mais qui permet d'accéder à un merveilleux point de vue)

Mont Clocher (1976m)
Prochaines étapes : Col de Véry et col du Joly
Après avoir traversé les alpages déjà peuplés par les beaufortaines et les montbéliardes en ce mois de juin, le sentier plonge en dévers sous une crête rocheuse, un paysage encore bien plus beau que ce que nous venons d'admirer.

Ce qui est extraordinaire ici, c'est cette impression de se rapprocher du Saint Graal. Plus les kilomètres défilent, plus nous nous rapprochons des montagnes et plus les panoramas sont grandioses. Plus les kilomètres défilent, et plus nous oublions notre train de vie harrassant pour ne revenir qu'à l'essentiel : marcher d'un point A à un point B, se nourrir, dormir et gouter au plaisir d'avoir du temps. Nous marchons, profitons de l'instant.
Sous cette crête où gambadent de jeunes bouquetins, nous commençons à fatiguer. Le sac à dos se fait bien plus lourd quand la fatigue est présente, comme si chaque pas se transformait en poids venant s'ajouter à la dizaine de kilogrammes déjà bien présents. Et le tracé ne nous épargne pas ; après 17km de marche, le sentier s'élève tel un mur : dré dans le pentu comme diraient certains. 230m de dénivelé positif en un peu plus d'un kilomètre. Comme si la pente ne suffisait pas à rendre notre objectif du jour difficile, certains glissements de terrain ont effacé le sentier, nous donnant quelques sueurs froides pour atteindre le Col du Joly.

De là, le chalet de la Roselette n'est plus loin. Le sentier plonge sous le col, en direction de la vallée des Contamines-Montjoie. Si vous ne vous trompez pas de sentier... le chalet s'atteint en une trentaine de minutes. Un chalet où règne une convivialité chaleureuse et accueillante, et d'où vous pourrez contempler pour la toute première fois, par un ciel dégagé, le mythique et majestueux Mont-Blanc.
Nous profitons de ce moment de calme avec beaucoup de plaisir, demain nous rejoindrons le sentier de Grande Randonnée du Tour du Mont-Blanc, et avec, son immense lot de randonneurs...

> La suite : J3 - Chalet de la Roselette au refuge de la Croix du Bonhomme <

> Pour le parcours, les infos sur l'hébergement, le matériel ou l'alimentation : Tour du Beaufortain en 6 jours <

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire