LES DERNIERS ARTICLES

mardi 9 février 2016

Faire du trail… comme une fille !


Il y a des publicités TV que l’on retient mieux que d’autres. Récemment, j'ai particulièrement apprécié celle qui mettait en évidence un stéréotype de genre, largement répandu, selon lequel la féminité est synonyme de faiblesse, de fragilité. N’a-t-on jamais entendu les phrases « conduire comme une fille », « s’orienter comme une fille » ou encore « courir comme une fille » ? Force est de constater que le trail aussi a ses préjugés ! Volontaires ou non, à nous de faire changer les modes et les esprits. Avec la très aimable participation de traileuses initiées et débutantes, redéfinissons ensemble ce que c'est que FAIRE DU TRAIL... COMME UNE FILLE !


Prenez, par exemple, les courses « féminines » qui ne dépassent que rarement les 8 ou 9km. Les avis sont mitigés, comme Sylvaine Cussot (Team Asics-Irun) l'explique "tout le monde n'est pas capable (et n'a pas peut être, tout simplement, pas l'envie) de se lancer sur des distances longues. Ces formats courts permettent aux débutantes de découvrir la discipline, sans avoir peur de ne pas aller au bout. Ils ouvrent le trail à un public plus large, c'est une très bonne chose." Et c'est tout à fait vrai, vous êtes débutante et vous voulez goûter au bonheur de gambader dans la nature ? N'hésitez pas à chercher des évènements autour de chez vous qui proposent ce type de course. En revanche, pourquoi des courses uniquement féminines et très courtes distances ? Bon nombre de traileuse confirmée s'en désintéresse totalement. Marielle Assel (team Kari Traa) rejoint cet avis : "De mon point de vue, je suis contre les courses 100% filles. Je ne vois pas pourquoi on devrait courir à part. Il n'y a pas de courses exclusivement masculines à ce que je sache ! C'est un peu stigmatisant, un peu cliché".

Une fille ne serait donc pas capable de courir 15km ? 20 ? Ou même 50 ? L’actualité sportive affiche le contraire. Les filles sont de plus en plus nombreuses à s’inscrire à des trails longs et même à des ultra-trails. Et vous savez quoi ? Elles performent et font même concurrence aux hommes ! Par exemple, à la Diagonale des Fous (l'un des ultra-trails les plus durs au monde) :
  • 2 femmes dans le top 15 en 2015 (Picas Nuria et Emilie Lecomte)
  • Nathalie Mauclair 19ème en 2014 et 12ème en 2013
  • Emilie Lecomte 10ème en 2012
Sur l’ultra-trail de Madère 2015, Aude Diet (Team TRACE DE TRAIL) a terminé à la 6ème place au scratch. Elle nous raconte:
"A Madère, je pense que c'est un ensemble de facteurs qui ont fait que je finisse à une si bonne place au scratch ; je n'ai d'ailleurs connu cela que sur un nombre très restreint de course depuis mes débuts en trail (sur la Restonica en Corse et le Bourbon à la Réunion). Il y a l'entraînement et la préparation bien sûr (les fameux pics de forme), mais aussi l'importance de l'environnement.  Je me fixe des objectifs sur des courses ayant lieu dans des endroits qui me font rêver et où le profil me convient le mieux (bien dénivelé et accidenté). C’est dans ce genre de format que j'ai l'envie de tout donner !! Car franchement je ne cours pas pour souffrir (même si cela finit par arriver) ou encore, avec pour le seul objectif de faire une performance (je ne savais d'ailleurs vraiment pas ma place au scratch général pendant ces courses où plusieurs parcours se rejoignaient), mais bien pour me faire plaisir et en prendre plein les yeux. Avouons que rien n'est plus exaltant que de dérouler dans un décor de rêve sans avoir mal et avec un sourire jusqu’aux oreilles en sachant que la vitesse est au rendez-vous. Ajoutons à tout cela quelques jours de vacances entre copains et des rigolades dès le petit-déjeuner et tous les ingrédients sont réunis pour que j’entende aux ravitos : « Bravo, vous êtes première et il n’y a pas beaucoup de messieurs devant !! ». Ce n'est qu'une fois la ligne d'arrivée franchie que je prends conscience du classement qui est souvent en adéquation avec le ressenti pendant la course (tant dans les bonnes que dans les mauvaises performances) ; et là j’ai bien souvent du mal à le croire ;-) Ceci dit je signe pour de tels résultats en compétition plus de 2 fois par an !!"

I
mpressionnant, non ? Inspirant je dirais même ! Alors oui, par contre les filles, avant d'atteindre de tels résultats, il faut se lancer (et s'entraîner !). Et se lancer, c'est parfois plus difficile que ça n'y paraît...


Faire du trail comme une fille, c'est... être inspirée et inspirante


Débuter le trail-running
Bien que l’engouement actuel soit très fort, le trail-running est une discipline relativement récente en France. De mémoire, dans ma folle jeunesse, il y a avait les courses de montagne, mais du point de vue d’une novice cela ressemblait à un sport de haut niveau réservé exclusivement à une certaine élite. Et puis petit à petit, des courses plus accessibles ont commencé à éclore, des courses nature (faible dénivelé) aux trails (plus longs et plus vallonnés). Des dizaines, des centaines et maintenant des milliers de coureurs adeptes de cette version plus nature et plus extrême de la course à pied.

Comme dit précédemment, l’engouement pour cette discipline est très fort, pourtant, d’un point de vue complètement féminin, beaucoup de femmes hésitent encore à franchir le pas.

Virginie, traileuse depuis 1 an : " Ce qui pourrait effrayer les femmes qui ne connaissent pas ce sport serait la peur du niveau de difficulté. J'entends par celà : la distance, le dénivelé, le mauvais temps, la constitution du parcours..." Pourtant, elle, n'a pas eu peur de se lancer et est très rapidement devenue une trail'addict : " Je ne savais pas ce qu'était le trail, car je viens du monde de la natation. Lors de mon passage dans un magasin de sport, j'ai trouvé un flyer d'une Girly Trail Session, ouverte aux débutantes. Ma curiosité m'a poussée à faire un test et découvrir cette discipline. Je n'appréhendais pas grand chose car je ne savais pas du tout comment l'aborder. Je savais juste qu'il fallait courir en montagne et sur des chemins. Au final, tout s'est très bien déroulé malgré une petite entorse pour Sylvaine Cussot qui était la marraine. Depuis cette découverte, je suis accro !"

Aurore, traileuse depuis 3 ans : "Je me suis directement orientée vers les courses natures, à proximité de chez moi, puis j'ai découvert les courses de montagne avec le cross du Mont Blanc en 2014 notamment. Depuis, c'est la piqure. Je n'ai pas du tout hésité à me lancer, au contraire, j'était vraiment excitée car c'était un tout nouveau défi pour moi. Ce que j'appréhendais le plus, c'était de ne pas pouvoir passer les barrières horaires. Cela m'ait arrivé sur une seule course pour le moment, donc c'est quand même positif. Je cours comme une tortue, mais ça passe. Il y a pleins de critère qui pourraient faire que les femmes soient réticentes : il n'y a pas tant que celà de femmes sur les courses, il faut apprendre à marcher et être patiente dans les montées. La gestion de course est complètement différente. Les descentes un peu raides peuvent aussi faire peur... Mais le trail c'est vraiment super et il ne faut pas hésiter à se lancer !"



Faire du trail comme une fille, c'est... être courageuse, persévérante et déterminée

Il n’y a qu’un pas à franchir pour devenir traileuse, et heureusement, de nos jours, toutes les interrogations concernant l’appréhension que vous pouvez avoir ont leurs solutions.


Le trail : la persévérance féminine, clé de la réussite
Les hommes sauront au moins nous reconnaître ce trait de personnalité : les femmes sont persévérantes. Aussi bien en magasin pour trouver une paire de chaussures que sur les sentiers pour rejoindre la ligne d’arrivée. Les femmes sont persévérantes et c’est bien pour cette raison qu’elles ne doivent pas abdiquer devant une simple appréhension. Alors pour toutes vos interrogations, des solutions existent :

à Vous avez peur de courir seule ? Trouvez un club près de chez vous, une association ou des amis qui pratiquent la discipline. Pour cela, un petit tour sur internet, et rien de mieux que les réseaux sociaux. Le groupe en vogue pour vous mesdames c’est TRAIL ENTRE ELLES, un réseau de traileuses partout en France qui regroupe plusieurs milliers de coureuses. Des rendez-vous sont parfois organisés autour d’un entraînement ou même d’une course. Des TEE, comme on les appelle, se sont rencontrées grâce au groupe et s’entraînent maintenant ensemble. Une vraie réussite et un groupe incontournable pour toutes les débutantes !

Si maintenant vous préférez tout de même courir seule, équipez-vous et respectez quelques règles essentielles ! Contre les agressions :

  • Le système Defend Me est une très bonne solution. Cette petite clé que vous pouvez accrocher n’importe où, une fois déclenchée (en tirant simplement dessus) émet un signal sonore très fort qui permet à la fois de surprendre voire de repousser un agresseur potentiel, et d’alerter quiconque se trouver à proximité.
  • A proximité des villes : évitez les endroits peu empruntés et sombres ;
  • Evitez de courir avec la musique dans les oreilles (au risque de ne pas entendre quelqu’un s’approchant de vous) ;
  • Dites à votre entourage où vous comptez aller courir et à quelle heure vous pensez revenir.
Contre les blessures :

  • En montagne partez toujours avec votre téléphone portable chargé ;
  • Dites à votre entourage ce que vous comptez faire ;
  • Soyez encore plus aimable que d’habitude ! C’est tout bête, mais dire bonjour aux autres coureurs ou à des promeneurs peut vous sauver la vie par le simple fait qu’ils se souviendront mieux de vous et de là où ils vous ont croisé ;
  • Ayez toujours une petite trousse à pharmacie (avec des bandes pour strapping) et une couverture de survie.
à Vous avez peur de ce que vous ne connaissez pas ? Initiez-vous avec un/une professionnel(le), au sein d’un groupe de débutants pour y découvrir toutes les ficelles de la discipline et posez toutes les questions que vous pouvez avoir. Dans le sud de la France (entre Languedoc-Roussillon et Midi Pyrénées), Marianne Sagot propose des Girly Trail Session, un concept qui marche bien, les participantes apprécient particulièrement le professionnalisme de l’encadrante et la bonne humeur qui règne dans ces rassemblements.

à Vous avez peur de ne pas être à la hauteur ? Commencez par de petites distances et entraînez-vous. De deux entraînements par semaine, passez ensuite à trois. De 5km, passez à 8km. D’un entraînement sur route, passez à un entraînement sur sentiers. Vous ne saurez jamais si vous n’essayez pas. Et si vous voulez progresser, munissez-vous de livres, de magazines et explorez les sites internet relatifs au trail et à la course à pied. N’hésitez pas aussi à demander l’aide d’un coach sportif reconnu.

Plus d’excuses donc, le trail vous attire ? Lancez-vous. Découvrez-vous. Révélez-vous. Courir dans la nature apporte tellement de bien-être, de satisfaction, de bonheur partagé, d’émerveillement, de dépassement de soi. Une fois que vous aurez un pied dedans, vous découvrirez la discipline sous un tout autre angle !


Faire du trail comme une fille, c'est... mêler plaisir et performance


Le trail : un nouveau mode de vie
Les traileurs initiés vous le certifieront, faire du trail c’est vivre trail, manger trail et dormir trail. Non pas que ce soit une obligation, mais ce nouveau mode de vie s’installe tout naturellement comme une nouvelle façon d’être.

Sylvaine Cussot (Team Asics-IRun) : "Je pense que tout sportif assidu et investi dans sa pratique a naturellement une hygiène de vie qui en découle : pas de cigarette, une alimentation saine et variée, le goût de l'effort, du courage, de la persévérance, et le besoin de dépassement personnel."

Virginie, traileuse depuis 1 an : "Le trail m'a fait changer quelques petites habitudes alimentaires, comme supprimer les laitages. Ensuite, je limite les sucreries et je fais un peu plus attention à mon alimentation à l'approche d'une course. Mais tout cela est venu naturellement au final. Depuis que j'ai commencé le trail, j'ai également intégré un club d'athlétisme et je suis des plans d'entraînement. Du coup, j'adapte mes entraînement par rapport à mon boulot. Mes journées au boulot et même ma vie de tous les jours ne sont plus pareils depuis que je pratique le trail, mais en bien."
émoticône wink 

Aude Diet (Team Trace de Trail) : "Cette passion a changé beaucoup de choses dans ma vie : elle m'a permis de prendre de l'assurance professionnellement et personnellement (je baisse moins facilement les bras face aux difficulté du quotidien). Ce sport m'a également appris à relativiser et à mettre des priorités (normal, vu le nombre d’heures passées à l'entraînement certains détails passent plus facilement à la trappe). Il m'a également permis d'améliorer mon hygiène de vie en terme d'alimentation et de sommeil par exemple. Enfin, il m'a fait rencontrer des personnes formidables et voyager aux quatre coins de la France dans des endroits où je n'aurais jamais eu l'idée de mettre un pied. C'est progressivement devenu le fil conducteur de mon quotidien."


Le trail : la révolution féminine en marche course

Le trail n’est décidément pas une histoire de sexe, mais bien de volonté, de persévérance, d’assiduité et d’investissement. Beaucoup de « team » sont encore composées majoritairement d’hommes, il en reste même qui se compose exclusivement de coureurs de la gente masculine. Pourquoi ? Les femmes n’ont-elles pas, elles aussi, quelque chose à apporter au sein d’une équipe ? A l’inverse, une équipe vient de voir le jour… une équipe 100% féminine : la team trail KARI TRAA.

Marielle Assel (Team Kari Traa) : "La Team Kari Traa ne comporte que des femmes... il me semble qu'il n'y a que des vêtements femme dans leur collection ! Nous sommes donc 4 femmes, on vit toutes en région Rhône Alpes ou PACA. Trois à faire des trails, une du canicross. Marie Paturel comme team manager. Des vêtements hyper colorés, flashys, féminins, j'adore ! Car autant je suis féministe, autant j'adore m'habiller de façon très féminine pour m'entraîner ou pour les courses !"

Faire du trail comme une fille, c'est... courir vite avec élégance et grâce


Une petite révolution est en marche pour mettre un terme aux préjugés et pour que courir comme une fille ne soit plus synonyme de fragilité ou de faiblesse. Le mot de la fin par Aude : "Pour conclure, être une femme en trail est, à mes yeux un avantage et une chance. En effet, les stéréotypes et clichés péjoratifs existent et nous pouvons les faire mentir, ce qui donne encore plus d'importance et de valeur à nos petits ou grands exploits."

4 commentaires:

  1. La seule chose qui me fait peur, c'est les entraînements seules avec le risque qu'un détraqué du cerveau et de la braguette croise ma chérie. En montagne ce n'est pas forcément l'endroit où on peut en trouver, mais en campagne ou dans les bois, ou en ville! Ok on n'est plus dans le trail mais une amie de club s'est fait agressée près d'un stade en plein après-midi. Alors du coup, quand les filles partent seules dans la nature, prenez le portable, tenez-nous au courant d'où vous êtes. Les filles ne sont pas plus faibles que les hommes mais les tarés s'attaquent aux filles... Bon prudence quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut bien faire attention et suivre les quelques règles que j'ai proposé ici, disons que ça va limiter le risque... mais risque jamais complètement absent alors prudence !

      Supprimer
  2. Très sympa cet article, merci!
    Je cours essentiellement sur route, mais le trail m'attire de plus en plus et je ne sais pas trop comment commencer... Je vais rejoindre le groupe Trail entre Elles, je sens que ça va m'aider ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Laura, oui ce groupe va très certainement t'aider et te motiver ! Tu habites ou ? N'hésites pas également à te rapprocher d'un club. Le trail c'est vraiment une autre ambiance que la course sur route. Très sympa !!

      Merci pour ton petit mot en tout cas, et bon courage dans tes débuts de traileuse :-)

      Supprimer