LES DERNIERS ARTICLES

jeudi 21 mai 2015

Tavignanu Trail #2 : conseils et récit de course d'une championne



Mon objectif 2015 approche ! Je ne sais pas pour vous, mais moi j'aime bien me renseigner sur ce qui va m'attendre... et il se trouve que je connais une jeune championne qui a justement fait cette course l'année dernière et l'a terminée en 4h20, soit 1ère féminine mais surtout 5ème au scratch !
Alors je me suis permise de lui demander comment s'était passée sa course, et si elle avait quelques conseils à nous donner pour s'entraîner et pour gérer l'effort, le matériel et l'alimentation le jour J. Et comme elle est adorable, elle a accepté. Bonne lecture :-)

TAVIGNANU TRAIL : S-8

Cette championne, vous la connaissez si vous suivez le blog depuis plusieurs mois, c'est Aude Diet que nous avons déjà eu la chance de suivre sur son défi fou de l'année dernière : la Diagonale des Fous, à La Réunion. Une traileuse qui progresse rapidement et m'épate toujours un peu plus : du court ou du long, elle enchaîne des podiums sur tous les formats et toujours avec le sourire. Une aisance naturelle qui me laisse rêveuse !

Le Tavignanu Trail (une des courses de la Restonica Trail en Corse), elle l'a faite l'année dernière en finissant à une incroyable 5ème place au scratch. Alors il n'y a pas de meilleur coureur à qui demander des conseils :-)


Trail&CO : Aude, pourquoi avoir choisi cette course ?

"La Restonica était l'objectif de 2 amis : Roxane participant au Challenge des Trails de Provence long dont le 68 km/5000 D+ fait partie et Jean-Philippe étant en pleine préparation de Grand Raid des Pyrénées.

L'idée d'aller courir sur l'île de beauté était bien ancrée dans ma tête depuis une découverte de ses magnifiques sentiers lors de vacances estivales quelques années plus tôt.


L'occasion était trop belle et mon Nico (son compagnon) n'a pas été trop difficile à convaincre !!!


C'est donc dans la grisaille du mois de Février que je validais notre inscription : Nico sur le 68 km dans l'idée de se frotter une nouvelle fois à une telle distance dans un cadre aussi grandiose que la Réunion (nous avions fait la Mascareignes en Octobre). Quant à moi, je décide d'être plus prudente en cette période de "coupure" post Maxi Race : c'est donc sur le Tavignanu et ses 33 km/2500 D+ que je m'élancerai. En effet, ayant dans le viseur la Diagonale des Fous, je me dis qu'une course avec autant de D+ sur si peu de kilomètres et sur un terrain réputé si technique sera idéale pour allier préparation et plaisir. Pas d'objectif de chrono particulier donc, et pourtant..."




Trail&CO : Quels souvenirs gardes-tu ?


"Je garderai le souvenir d'un super week end entre copains =) Effectivement, nous sommes partis 4 jours et avons pu lézarder sur les plages paradisiaques de Saint Florent, arpenter les ruelles de jolis villages typiques à flanc de montagne, sillonner les magnifiques routes du littoral et nous délecter de l'excellente gastronomie Corse."





 Trail&CO : Comment s'est passée ta course ?

"Nous sommes arrivés à Corté la veille de la course sous des trombes d'eau !!! Aïe, on a tous croisé les doigts pour qu'il ne s'agisse que d'un orage d'été ...

Retrait des dossards accompagné d'un magnifique cadeau de bienvenue rempli de spécialités Corse (saucisson, Pietra, confiture, ...)


Installation à l'hôtel et restau en terrasse en applaudissant les courageux finishers de l'ultra (105km/7600D+ !!) partis dans la nuit du vendredi. Ça nous met direct dans le bain et un peu la pression aussi : ils ont pas l'air bien frais et on se dit que ça doit pas être de la tarte là haut !!

Allez au dodo ! Très courte nuit à tousser comme une cornue (je me paye une bonne trachéite depuis 3 jours) et réveillée à 3 h du mat par mon cher et tendre qui grignote son gâteau sport et se prépare  partir (départ à 5 h pour lui). Du coup, j'ai le temps de voir le jour se lever et surtout de voir apparaître un magnifique soleil (ouf, la pluie ne sera pas de la partie !!) ; par contre, ça va cogner  ; tenue ultra light : short, tee shirt.


Bizarrement, je me sens en pleine forme et motivée à bloc lorsque je commence à m'échauffer dans la rue principale où est placée l'arche. Très heureuse de me dire que je vais passer les prochaines heures dans les montagnes qui m'entourent. Seul hic, c'est la première fois que je me retrouve seule sur un départ : pas de têtes connues, je regrette de ne pas pouvoir enlever le petit stress de départ avec l'éternelle bonne humeur de mon Nico et les amis... J'ai une pensée pour eux qui crapahutent déjà depuis plus d'une heure.


Je me place donc rapidement devant, prête à partir !! Go, direct dans la pente bien raide des rues de Corté !! En sortant de la ville, un beau morceau m'attends ; la première bosse fait 1200 D+ sous le soleil déjà bien chaud !! Je me demande si j'ai bien fait de ne partir qu'avec 1 l d'eau ... Je tente de garder le rythme : c'est pas tout de se placer à l'avant, après faut arriver à gérer ;-) Les sensations sont excellentes et je marche à bon rythme sans me laisser distancer et parvient à bien relancer et trotter lorsque la pente le permet.


Un coup d'œil derrière pour voir Corté déjà bien bas dans la brume matinale. Je continue mon ascension vers la bocca Canaglia (1816m) mais je rate malheureusement la fameuse arche de Scadulaglyu (une bonne raison de revenir un jour faire ce trail !!)

Puis, vient une descente technique sous les pins : l'ombre fait beaucoup de bien et le sentier est magnifique. Je relâche les gambettes et reprends mon souffle mais mieux vaut regarder où on met les pieds (racines, pierres,...) S'enchaînent ensuite quelques petites bosses avant de réattaquer une côte sur une piste plus large jusqu'au premier ravito. La forêt laisse place à un paysage plus alpin et le vent est vraiment frais (ça a beau être la Corse, ça reste de la haute montagne) ; ça fait du bien !! Je ne m'arrête pas et continue ma grimpettes sur cette piste où je rattrape quelques coureurs du 68 km, on s'encourage mutuellement, puis c'est une courte mais raide descente avant d'attaquer un faux plat montant sur quelques kilomètres en route forestière. Le genre de passage que je n'apprécie vraiment pas habituellement ... mais il suffit de lever les yeux pour que le cadre grandiose qui m'entoure donne de l'énergie à revendre à mes guibolles décidément bien en forme aujourd'hui !! (13/14 km/h sur cette portion où je double 1 coureur).


Bifurcation à gauche sur un sentier et c'est la descente vers le ravito de Sega. On quitte les alpages pour retrouver un sentier forestier et enfin une table gargantuesque (il y a tout un tas de spécialités Corse) sous les encouragements des bénévoles, quel accueil !! J'apprends que je suis première et qu'il n'y a pas beaucoup de messieurs devant !! Je prends un peu de temps pour me ravitailler et surtout pour charger mes flasks vides depuis pas mal de temps (j'aurai du recharger au premier ravito ...)


Je repars bien requinquée, prête à affronter les 500 D+ de la bosse suivante. C'est sur un agréable sentier à l'ombre et en lacets que mon périple se poursuit. C'est très joli mais la fatigue commence à se faire sentir ... en plus, je suis seule, personne devant, personne derrière et j'aurais bien aimé un moment de papotage sur cette portion ;-) Au moins j'ai une bonne raison de garder la cadence jusqu'à la bergerie d'Alzu où le 3ème ravito m'attend.

Accueil toujours aussi sympa, table toujours bien garnie : j'en profite pour goûter quelques canistrellis aux amandes ainsi qu'un excellent fromage et toujours bien recharger en eau car je bois beaucoup avec cette chaleur. La vue est superbe et permet d'apprécier la descente à venir vers la vallée en contrebas. On m'annonce dans les 10 !!! COMMMENT ?? ça ne m'est jamais arrivé un truc pareil !!!! je comprends mieux pourquoi je ne voyais pas grand monde autour de moi !!! Rien de tel pour vous rebooster !! surtout que je sais qu'il ne me reste "que" la grande descente qui ramène à Corté : 12 km/1000D-. C'est partie !!!

Je dévale les premiers lacets sur un sol jonché de racines. Je me régale à jouer avec les obstacles et prends beaucoup de plaisir sur ce passage en bord de la rivière Tavignanu dans de magnifiques gorges. Quel bonheur, quelle sensation de légèreté et de vitesse !! Je double pas mal de coureurs qui en finissent avec l'ultra et suis émue en imaginant les kilomètres qu'ils ont avalé et leur volonté pour en terminer !!


Mais voilà, après avoir traversé la rivière, la descente est entrecoupée de tout un tas de petites bosses bien rocailleuses  qui font mal aux jambes, bien moins légères pour le coup ;-) En plus, la chaleur est devenue caniculaire en cette fin de matinée et je crains l'arrivée des crampes ... Cela devient vraiment difficile de garder le rythme. Heureusement, il y a beaucoup de randonneurs pour m'encourager et m'annoncer l'arrivée proche.



Enfin, j'arrive aux portes de la ville et retrouve les terrasses bondées. J'entends la sono plus bas et le speaker qui annonce l'arrivée de la première fille ; mais oui, c'est bien moi, incroyable !! Je passe l'arrivée en 4 h 20 min et tenez vous bien, 5ème au scratch !!! Impensable pour moi !! Après quelques mots au micro, un seul regret : ne pas partager ce moment de joie avec Nico qui est encore quelque part plus haut dans les montagnes :(


Je garde donc un très grand souvenir de cette course qui restera longtemps une référence en terme de plaisir et de performance. Tout y est réuni pour un trail à la fois technique, alpin mais également avec une partie roulante et une dernière descente terriblement longue et caniculaire."


Trail&CO : Quels conseils donnerais-tu par rapport à l'entraînement ?


"Bon, je suis pas une pro de l'entraînement mais voilà quelques notions qui me paraissent cohérentes de part la spécificité de ce trail :


C'est une course très  cassante pour les jambes tant par la technicité du terrain que par le fort dénivelé : je pense qu'il faut prévoir des séances de côte, de descente et de PPG pour que les muscles des jambes soient assez costauds pour avaler ces conditions !!


Par contre, il vaut mieux programmer ces séances à distance car arriver "frais" est primordial. Donc, se laisser une quinzaine de jours pour bien assimiler tout ça et ne faire que de l'entretien la semaine qui précède la course.


Et enfin, bien s'hydrater en amont : je crois que j'ai jamais autant transpiré sur un trail ;-)"




Trail&CO : Et par rapport à la gestion de course ?


"Déjà, prévoir une réserve d'eau suffisante : je suis partie avec 1 litre et je pense que c'est suffisant à condition de bien recharger à chaque ravitos et points d'eau (bien répartis sur le parcours). Après chacun a ses habitudes à ce niveau ; pour ma part, je bois beaucoup.


Idem pour l'alimentation : j'utilise une boisson d'effort au départ puis recharge en eau uniquement. J'utilise ensuite des barres énergétiques (environ 1 par heure) et pioche ce qui me fait envie sur le moment au ravito (souvent du salé ou des oranges). Je n'aime pas trop les gels à cause de leur consistance et de leur goût sucré qui reste en bouche (j'en ai tout de même toujours un dans le sac en cas d'hypo).


Pour l'équipement, je dirais de prévoir en fonction de la météo. Pour moi, c'était grand beau mais un orage peut vite arriver donc veste de pluie dans la valise. Je n'utilise pas encore les bâtons mais ils peuvent être utiles à ceux qui en ont l'habitude. Pour finir, je préfère les sacs aux portes bidons mais là, c'est pareil, chacun fait a sa préférence (à savoir qu'un gobelet est obligatoire pour les boissons aux ravitos)."



Merci Aude pour tous ces précieux conseils, que je vais suivre à la lettre :-) Je me sens à la fois surexcitée et stressée à l'approche de cette course... Le kilométrage, la technicité du terrain et surtout le dénivelé en font un trail difficile qu'il ne faut pas aborder sans un entraînement sérieux. Il me reste 8 semaines pour augmenter le kilométrage et me préparer au dénivelé. Comme on dit, "il n'y a plus qu'à" :-)

Et vous, vous avancez dans vos objectifs ? Des échéances à venir ? Comment vous préparez vous ?

Bonne chance à tous !
Fanny (Trail&CO)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire