Texte

Texte


Les derniers articles :

vendredi 10 avril 2015

Duo des Lucioles : une belle séance au seuil et une aventure partagée #RécitDeCourse



Arpentant le massif de la Gardiole, le duo des Lucioles est une belle course nature de 15km et 300mD+. Depuis mes débuts de "traileuse", et malgré ma jambe de bois, ce duo est un peu un rendez-vous annuel. En effet, en 2013 c'est David (@Runmygeek) qui me sert de "lièvre" pour finir la boucle en 1h35. En 2014, c'est moi qui fait office de lièvre pour ma copine Virginie (@ BuzzyLeColibri). Cette année, après 3 1/2 mois après l'opération, c'est avec l'intention de faire moins de 1h30 que je m'embarque avec un co-équipier de choix : mon compagnon dans la vie, Yannick, alias le Tigre du Plan :-) Skechers Ultra2 aux pieds, c'est parti pour une balade au clair de lune en amoureux !


La course
Organisée par le TriRun de Frontignan (34), cette course a de quoi attirer du monde : un bon nombre de bénévoles sur le parcours pour éviter les erreurs d'orientation et pour éclairer les passages très techniques, un départ digne des plus grandes courses avec sons et lumières et un paysage nocturne sublime grâce aux lumières des villes et villages aux alentours. Bref, une course à faire !

Le parcours
Autant mettre cartes sur table tout de suite, ici je ne parlerai pas d'un trail à proprement parlé mais plutôt d'une course nature. 99% de chemins, le parcours est très roulant ce qui en fait une course  rapide. Le dénivelé est réparti de manière très homogène, les pentes ne sont pas très raides donc pas de répit, ça court tout le temps ! Mais attention, les chemins sont plutôt techniques et caillouteux.

L'objectif, je pense, c'est d'être le plus régulier possible. Ne pas se griller dans les premiers kilomètres pour assurer la montée principale (sur 4km) et ne pas oublier la troisième bosse qui est relativement longue...

Le dernier kilomètre est plus technique mais la dizaine de bénévoles présente pour éclairer la zone rende la tâche bien plus agréable... et l'arrivée est toute proche !


Mon récit
Le chrono... sans me fixer réellement un temps j'ai beaucoup réfléchi. En 2013, juste avant que ma douleur au genou ne se déclare, j'avais mis 1h35. J'étais toute jeune dans le milieu du trail, mais à cette époque j'avais quand même 5 mois d'entraînements sérieux dans les gambettes. Depuis, j'ai couru un peu, certes, mais j'ai surtout enchaîné des soins et de longues périodes d'arrêt avec finalement l'ablation de la plicae en décembre dernier.

Concrètement ça fait un bon mois que j'ai repris l'entraînement, tout en douceur et sur de petites distances (max 12,5km).

Du coup, même si le but étant de faire du mieux et finir ces 15km sans douleur, j'espère faire mieux qu'il y a 2 ans... Je fixe donc à Yannick le chrono d'1h30, voire moins. Optimiste, voire surréaliste peut-être...

Direction Frontignan donc, ou plus exactement le parcours du moto-cross, départ/arrivée de la course. On y arrive super tôt, on récupère les dossards, avec lesquels sont donnés un bracelet lumineux pour le départ et un tee-shirt en coton. Un bon quart d'heure d'échauffement et on file au briefing.

Nouveauté cette année, un tirage au sort pour gagner deux frontales ! 

La musique comment à retentir, des torches rouges flamboyants s'allument, et HOP c'est parti pour la balade nocturne.

C'est très roulant, mais ça monte direct ! Une pente régulière qui chauffe bien les cuissots. Un petit kilomètre ainsi, puis vient un faux plat descendant. A ce moment, même s'il est difficile de lever les yeux pour éviter de chuter, le panorama sur Sète et Balaruc est tout simplement envoûtant. Dans la Gardiole où nous nous trouvons, les coureurs, équipés de leur frontale, forment comme une chenille lumineuse, ce qui ajoute une petite touche magique à la sortie.

L'ambiance permet d'oublier les kilomètres qui viennent... une bonne grimpette, assez sournoise en fait car la pente n'est pas très raide mais elle est longue et très régulière ! Une montée qui s'apparente à un entraînement au seuil où le mental y est pour beaucoup :-) Mon partenaire assure comme un chef et je tente de doubler d'autres binômes. J'ai pourtant les jambes lourdes, étrangement c'est plus facile quand on est soi même le lièvre ;-)

Ceci dit, le temps file vite et au 10ème kilomètre, soit après 1h de course, il ne reste presque plus que de la descente. On passe la 4ème et hop on dévale les kilomètres à vive allure. Ce moment de relâchement ne dure qu'un temps, c'est que ça remonte bien derrière, plus que ce que je ne me souvenais d'ailleurs.

La barre des 1h30 semble délicate...

La sono se fait entendre, on aborde le dernier kilomètre technique, tout essoufflé mais avec l'envie de finir avec le sourire. On suit de très près la première équipe féminine, que j'arrive finalement à doubler quelques mètres avant l'arrivée... que je franchis en 1h29'20" !!! 


Le bilan
Alors certes, je cours bien moins vite que les avions de chasse qui terminent en 1h et des brouettes et les sensations n'étaient pas extraordinaires. MAIS, je me suis régalée sur ce parcours. Un instant partagé avec un partenaire plus que merveilleux.

Côté entraînement, je pars sur de bonnes bases en ce début d'année et suis bien contente de pouvoir, petit à petit, allonger les distances sans plus aucune douleur. Côté matériel, j'ai couru avec les Skechers Ultra2, fraîchement reçues, et j'ai tout simplement été bluffée : légère, dynamique et très amortissante !

1 commentaire:

  1. Bravo ! Tu as fais une belle course, j'adore ces petits duos nocturnes, je pense faire celui de ledenon et de cendres en rentrant :D

    RépondreSupprimer