Texte

Texte


Les derniers articles :

lundi 21 juillet 2014

Caroux un jour, Caroux toujours !


Trail du Caroux un jour, trail du Caroux toujours ? Comment ne pas revenir... des paysages à couper le souffle et des bénévoles survoltés à nous donner des ailes, un trail 100% plaisir ! Mais le bonheur, ça se mérite... 1400mD+ pour 25km ça fait une bonne trotte !


C'était le défi de ce dimanche 20 juillet, l'occasion aussi de tester le genou sur du plus long et puis une bonne remise en jambes après mon année "blanche". Oui mais voilà, le trail-running c'est difficile !


Réveil en musique, réveil en douceur... à 5h tout de même ! 5h un dimanche matin, il n'y a pas grand monde dans les rues, même les chats ne sont pas surs de vouloir mettre une patte en dehors du lit. Pourtant il faut bien ça pour prendre le départ à 9h à Mons-la-Trivalle, au pied du magnifique massif du Caroux. Je me prépare, laisse le chéri se lever en douceur (sinon il est ronchon !), et hop c'est parti pour 1h30 de voiture.
Un long moment dédié à la réflexion... que vais-je faire ?? Suis-je prête ? Mine de rien, il y a 6 mois j'étais encore blessée, et depuis les quelques courses que j'ai faites n'ont jamais dépassé 14km... tant pis, j'y suis j'y reste... je vais la faire cette course ! Un petit pipi (trois en fait, c'est comme ça quand je suis stressée !), 15min d'échauffement (pour une fois que je fais ça correctement), et hop l'animateur du jour lance le briefing.




KM-0 : 9h TOP DEPART, nous sommes plus de 300 coureurs à nous élancer à l'assaut du Caroux, prêts et supra-motivés ! Placée dans la 2ème moitié du peloton, ça part doucement jusqu'au pont des soupirs, où là ça bouchonne un peu, et puis on commence direct la grosse ascension du jour : 850m de D+ sur 6km. Petites foulées, mains sur les cuisses et on prend son mal en patience. On me double, je double aussi, les coureurs se placent et petit à petit je me retrouve en tête d'un petit groupe qui semble avoir le même rythme que moi. Il y a des allemands qui parlent très fort et animent ainsi la grimpette !



KM-7 (1h20 de course) : Le plateau du Caroux se dévoile, là devant nos yeux. Un grand plateau vallonné, une végétation dans les tons verts et violet (bruyère ?), des gros blocs rocheux, et de nombreux sentiers assez roulants. C'est très beau et ça motive à relancer. Outch ben c'est plus difficile que ce que je ne pensais, dès que ça grimpouille j'ai bien du mal à courir ! Je m'en sors quand même plutôt bien (à mon petit niveau bien sur), et cours assez souvent finalement. Ca monte, ça descend, sentier, chemin, végétation basse, sous bois, c'est très varié et le temps passe vite ! Il y a encore du monde en plus, on se suit, on se double, on se motive et se soutient, c'est ça aussi l'esprit trail. Une dernière montée jusqu'à un sommet et nous voilà en route pour le ravitaillement à Douch, le petit village en contre-bas.

KM-15 (2h20 de course) : Qui dit ravito dit supporter de choc !!! Yannick est là, comme ça fait du bien ! Je me rends compte aussi que je n'ai encore rien mangé... rien à faire, impossible d'avaler quoi que ce soit si ce n'est mon eau sucrée. Du ravito ça remonte un peu jusqu'à un col, avant de basculer sur l'autre versant et entamer une longue descente. Le sentier est très étroit dans cette descente, le panorama y est encore plus beau que sur le plateau je crois ! Mais attention où l'on met les pieds, parce qu'à tout moment les bruyères et les fougères recouvrent le sentier (et les cailloux), je croise d'ailleurs deux gars blessés dans par ici.


Les gars du 34km nous doublent à tout allure, ils sont dans le top20 à ce moment là, impressionnant, je n'imagine même pas l'allure du premier ! Enfin c'est beaucoup de risques aussi... Petit à petit, la végétation d'altitude laisse place à de la forêt, un peu plus sombre et monotone mais à peine plus roulant. Je trouve cette portion assez longue... jusqu'à ce que j'entende des bénévoles au loin, Héric n'est plus très loin ! J'ai bien assuré tout le début de cette longue descente mais à l'approche d'Héric je craque complètement, je suis fatiguée et mes jambes crient stop !

KM-19,5 (3h15 de course) : Ouf nous voilà arrivés au fond des gorges, malheureusement c'est loin d'être terminé, encore une bonne grimpette de 300m de D+... Je n'y suis plus vraiment, la ptite Fanny elle n'est pas hyper entraînée et ce n'est pas une championne non plus ! Un mec me laisse passer, Bastien il s'appelle, il est dans un état pire que moi, il me demande s'il peut faire une pause dans la montée, je lui réponds que non, il peut ralentir mais il faut continuer à marcher (sinon on ne se relève plus !!). En fait, de l'aider à monter ça m'a aidé également, et on avance très doucement, mais surement.

KM-21,5 (3h40 de course) : le début de la fin. Voilà, il ne reste plus qu'à descendre. Pas une mince affaire pourtant. L'orage sévit qui plus est, il pleut, la descente caillouteuse se transforme en un toboggan géant. MAIS mes Adidas Supernova accroche à fond !!!! Un truc de fou !!!! Je ne glisse quasi pas !!! Je double même des gars :-) Et tout à coup, c'est le drame, mon fameux genou se réveille... je ne sais pas si c'est exactement la même douleur que l'année dernière, ça y ressemble mais je ne suis pas "bloquée", je finis tant bien que mal, mais dans la douleur. En espérant que ce soit une douleur passagère... Et puis nous arrivons sur le bitume... 800m de bitume pour finalement franchir la ligne d'arrivée... je m'étais fixée 4h15 pour 24km, je mets finalement 4h14 pour 25km. Contrat rempli non ?

Parcours 24km-1400mD+



Je suis encore bien loin de la première (environ 1h), mais pas si loin du podium, la 5ème étant à 40min. Beaucoup de filles se situent dans les 4h, ça déjà je pense pouvoir passer en dessous facilement avec des sorties longues. Il y a encore du boulot mais je suis ravie j'ai passé une magnifique journée ! Il y a de fortes chances que je remette ça l'année prochaine :-) Pour le genou, pas de douleur une fois la course finie, je verrai cette semaine quand je reprendrai l'entraînement.
Pique-nique et grand nettoyage au lac du Salagou
pour clôturer la journée :-)

Un grand BRAVO à tous les coureurs, encore plus les coureurs avec qui j'ai partagé un bout de route et avec lesquels on s'est fait peur/motivé/remotivé/tiré la bourre  Et des immenses MERCI à mon chéri qui est venu me ravitailler et m'a soutenue, et à ma super maman et ses textos qui vous rebousteraient même une limace ! Merci aussi à Alaïs qui m'a reconnue et encouragée, ainsi que l'organisateur du Saltarec Trail.

11 commentaires:

  1. Bravo!!! Le Caroux n'est vraiment pas facile et encore moins quand c'est mouillé (je ne le connais que l'hiver, je sais de quoi je parle lol)
    Ton chrono est très chouette, les photos également et ton sourire fait plaisir à voir, encore Bravo!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !!! Oui la descente sur les cailloux mouillés c'était quelque chose !^^ :-) Tu n'y vas qu'en hiver là-haut ? C'est aussi très joli en été !!

      Supprimer
    2. oui, je te crois sur parole mais on randonne un peu moins l'été à cause de la chaleur, des vendanges (qui monopolisent pas mal coach-chéri) et des visites familiales (la famille n'est pas sportive du tout ) du coup le caroux en été j'ai jamais fait, je ne le connais que super glissant en fait ...

      Supprimer
  2. Félicitation!!!!
    Contrat complètement rempli c'est plutôt chouette!!!!!
    Les photos sont tops aussi!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Bravo Fanny, tu vois c'est passé malgré ton plan d'entrainement et ta maladie !
    Le parcours a l'air magnifique, on dirait que tu en as bien profité :)
    Tranquille cette semaine pour récupérer et pour ton genou

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait, on va le faire tranquille pendant quelques jours :-)

      Supprimer
  4. Un jour, moi aussi je prendrais son départ, mais pour l'instant, ni la distance ni le dénivelé ne me mettent à l'aise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est pas le plus facile... faut être entraîné, mais franchement ça vaut vraiment le coup !!!! N'hésites pas, dès que tu le sens, fonce !!

      Supprimer
  5. Bravo ! jolie course et joli récit ;) ça donne envie ! 4h14 dans la nature ;) ça m'étonne pas qu'une douleur se réveille au bout de 4h de courses quand même surtout sur un terrain comme ça. Récupère bien tranquille ! A bientôt j'espère sur une course ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est gentil ! Plus de 4h oui ça laisse des traces... mais ça valait le coup c'était superbe ! Tu connais un peu le coin ?
      A une prochaine sur une course !

      Supprimer