LES DERNIERS ARTICLES

samedi 7 juin 2014

The Finish Line - Laurent Plaut nous parle de son entraînement pour la TDS

Après une très (très) longue absence, je reprends ma série d'articles The Finish Line sur Fabien, Aude et Lolo, qui vont tous trois se lancer sur une des courses mythiques de cet été. Aujourd'hui, nous découvrons le planning d'entraînement de Laurent, alias LoloTrail made in Jura, qui se lancera en août sur la TDS (sur les Traces des Ducs de Savoie). Une course de presque 120km qui comptabilise 7250m de dénivelé positif. Alors il a intérêt à être bien préparé notre jurassien :-)

"Evidemment, on ne se pointe pas à une « TDS » comme pour un cross de 10km. Pourquoi ? C’est tout simple : un cross de 10km, ça va très vite, moins d’une heure, ça ne monte pas beaucoup,… pour ça, il est plutôt question de travail de vitesse. Pour les courses comme la TDS, il faudra donc se préparer à courir 120km, à affronter pas moins de 7000m de dénivelé positif, à subir plus de 20h continu d’effort et surtout à enchainer une journée et une nuit de course.


"il faudra donc se préparer à courir 120km, à affronter pas moins de 7000m de dénivelé positif, à subir plus de 20h continu d’effort et surtout à enchainer une journée et une nuit de course"

Jusqu’à maintenant, j’ai toujours procédé à l’instinct, j’allais courir au gré de mes envies et de mes disponibilités. Il pouvait parfois se passer une semaine sans que je ne me sois entrainé ! Mais je dois dire que ça m’a toujours réussi puisque j’ai tout de même terminé le Trail Volodalen du Lac de Vouglans de 55km, 2 Marathons du Mont Blanc (42km et 2500m D+) et la Saintélyon de 75km.

"Jusqu’à maintenant, j’ai toujours procédé à l’instinct"

Mais là, je dois dire que c’est un autre défi qui m’attend. Tout le monde me dit que c’est même la plus dure épreuve du week-end UTMB. Alors oui, ça met un peu la pression tout ça ! Du coup, en cette année 2014, il m’a fallu réfléchir un peu plus en détail à mon début de saison et à structurer un peu plus mes entrainements. Tout ça doit évidemment se conjuguer à ma vie de famille et ma vie professionnelle un peu tumultueuse en ce moment.

"Tout ça doit évidemment se conjuguer à ma vie de famille et ma vie professionnelle"

Dès que mon inscription a été confirmée pour la TDS, j’ai commencé par construire sur le papier ma liste de courses « préparatoires ». Mis à part ma toute première épreuve de l’année en février (la Rubatée Blanche, 12km sur neige, c’est un rituel depuis 5 ans !), j’ai choisi des courses qui me permettent d’appréhender petit à petit la distance qu’il me faudra avaler en août et également de tester au fur et à mesure mes équipements de course. Ainsi, début avril, j’ai couru le Traildes Reculées à Lons-le-Saunier, 38km et 1300m D+ et 4h25 de course. Fin avril (le 27), ce sera le Trail des Lacs à Clairvaux-les-lacs, 36km et 1100m D+. Mi-mai, je vais faire la traditionnelle sortie avec mon club, les Lacets du Lizon, au Crêt de Chalam. Ce sera une sortie d’environ 30km à nouveau. J’avais prévu d’allonger la distance courant juin sur la Transju’trail aux Rousses mais je ne pourrais malheureusement pas y aller (Fanny : finalement, il l'a fait !! Son récit ici). Alors ce sera plutôt une ou deux sorties longues d’environ 40km pour compenser. Ma dernière « vraie » course de préparation, ce sera les 12-13 juillet sur l’UTTJ. Là, ce sera un vrai test puisque c’est l’épreuve qui se rapprochera le plus des conditions TDS : 110km et 6500m D+ à faire en 2 étapes (une le samedi et l’autre le dimanche avec un bivouac entre deux). Pour finir, entre fin juillet et la TDS fin août, je vais sûrement m’aligner sur des petites distances histoire de travailler un peu la vitesse. Et puis, ma foi, ce sera le grand jour !

"j’ai choisi des courses qui me permettent d’appréhender petit à petit la distance"

Alors avec un tel programme, plus question de s’entrainer que les jours de grande forme ou de beau temps, je dois être plus régulier. Si mes autres occupations ne me permettent pas d’aligner une centaine de kilomètres chaque semaine, j’ai donc décidé de travailler plutôt qualitativement que quantitativement. Il n’est pas non plus question pour moi de m’astreindre à un plan d’entrainement strict que je serai de toutes façons incapable de tenir ! Alors j’ai décidé de structurer mes semaines en fonction des disponibilités. J’ai commencé mi-mars et pour le moment, je m’y tiens bien ! Voilà en gros ce que ça donne :

"plus question de s’entrainer que les jours de grande forme ou de beau temps, je dois être plus régulier"
  • Lundi : en général, c’est le repos suite à ma course ou sortie longue du week-end
  • Mardi : je profite du temps du midi pour faire une sortie de moins d’1 heure. J’y travaille le rythme, les côtes, … et s’il pleut, j’ai encore le mercredi pour y aller !
  • Mercredi : pour croiser un peu les entrainements, je vais à la piscine faire des longueurs. Etant un piètre nageur, je me contente de 35-45 minutes pour faire 1 petit kilomètre…
  • Jeudi : Après le boulot, direction la piste pour 1h de travail de vitesse. J’alterne 30/30, pyramide, seuil, … sauf jeudi dernier, j’ai fait du trail urbain mais avec 350m de déniv’ en 10km !
  • Vendredi : je rattrape là ma séance de natation que je n’aurai peut-être pas faite le mercredi. Parfois aussi, je cours l’aprem’
  • Samedi : c’est LA journée famille alors le plus souvent, je ne fais rien ou plutôt de la marche.
  • Dimanche : c’est LE jour de la sortie longue ou de la course.

Tout ceci donne des semaines d’entrainement d’environ 4h pour 35-40km. Ca peut paraître peu pour certains mais comme ça, j’arrive à prendre du plaisir tout en ayant vraiment l’impression de « travailler » sérieusement.

"j’arrive à prendre du plaisir tout en ayant vraiment l’impression de « travailler » sérieusement"

Ces programmes de courses et d’entrainement m’enlève pas mal de pression pour la course. Bon, je ne suis pas d’un naturel inquiet et je suis en général assez confiant sur mes capacités (il faut dire aussi que je ne vais pas m’engager sur une épreuve où je sais que je ne serai pas capable de finir !). Cela fait maintenant 4-5 ans que je pratique le trail, je pense avoir acquis une certaine expérience dans la gestion de course, même si j’apprends encore beaucoup aujourd’hui. Mon objectif étant juste de passer la ligne avant la limite horaire, ce « plan », s’il ne me permettra pas de m’accrocher à Xav’ Thevenard,  devrait m’assurer la réussite de mon objectif !"


C'est tout ce qu'on te souhaite Lolo, de franchir la ligne d'arrivée !

1 commentaire:

  1. Et bien... Bon courag pour cette épreuve ou il en faut une sacré dose!!
    7250m D+ = 12x le maximum que j'ai pris en une sortie
    120km = 4x ma sortie la plus longue
    ça me remet à ma place!! :)

    RépondreSupprimer